30/04/2020 10:45
La mégapole du Sud est déterminée à développer une économie s’affirmant comme un modèle de croissance au Vietnam et même en Asie du Sud-Est. La locomotive économique du pays a aussi pour ambition de devenir un centre financier international.
>>HCM-Ville demande le soutien de la BM pour construire son centre financier international
>>Hô Chi Minh-Ville appelée à devenir un centre financier international
>>Faire de Hô Chi Minh-Ville un centre financier régional et international

Occupant une position stratégique dans la Région économique clé du Sud, Hô Chi Minh-Ville contribue notablement au maintien de la forte croissance de l’économie nationale. Son objectif est de maintenir sa position de leader dans l’ensemble du pays, mais également de raccourcir l’écart ou de rattraper les autres grandes villes de l’Asie du Sud-Est et de l’Asie en général.

Occupant une position stratégique dans la Région économique clé du Sud, Hô Chi Minh-Ville contribue notablement au maintien de la forte croissance de l’économie nationale.  Photo : VNA/CVN

À l’ère de la mondialisation du commerce, des investissements, des finances et des technologies, l’une des mesures pour suivre le rythme consiste à faire de la ville un centre financier régional et international. Ainsi, la mégalopole se développe sur deux axes : construction des infrastructures nécessaires afin de devenir une plaque tournante commerciale plus importante, et intégration dans la Région économique clé du Sud. Hô Chi Minh-Ville et ses sept provinces voisines - Bà Ria-Vung Tàu, Binh Duong, Binh Phuoc, Dông Nai, Long An, Tây Ninh et Tiên Giang - constituent la Région économique clé du Sud, le plus grand centre de commerce et d’innovation du pays. Au total, ces provinces représentent 60% des recettes budgétaires et 50% des capitaux d’investissement direct étranger du pays.

Une métropole
régionale en devenir


À plus long terme, le Vietnam prévoit de développer l’ensemble de cette région économique, en faisant de Hô Chi Minh-Ville une plaque tournante centrale et un moteur économique pour tout le pays. Il veut en faire une porte d’entrée internationale vers le Sud, en tirant parti de la jeune main-d’œuvre, de la croissance rapide et du taux élevé d’urbanisation de la ville. Un objectif qui fait sens, la mégapole du Sud servant déjà de centre commercial dans la région, reliant les réseaux de transport de toutes les régions environnantes, tout en leur fournissant des ressources et des technologies.

Dans le plan de développement approuvé par le gouvernement, qui devrait être réalisé d’ici 2030, à l’horizon 2050, le principe est de former une zone économique à plusieurs noyaux, comprenant la mégalopole et ses sept provinces limitrophes, appelée la région de Hô Chi Minh-Ville. Dans le cadre de ce plan, la zone urbaine centrale se concentrera sur le dévelop-pement des technologies, des télécommunications, de la santé, de la culture et de l’éducation. Le reste de la région sera divisé en sous-zones en fonction de différentes caractéristiques démographiques et géographiques, chacune se spécialisant dans ses industries les plus prospères.

Le cœur de la région vise à réduire le trafic et l’espace urbain. Par exemple, la ville encourage le déplacement des projets résidentiels dans les provinces voisines, tout en restructurant les quartiers centraux avec des propriétés plus intelligentes et à bail plus court, comme des bureaux ou immeubles commerciaux. En parallèle, plusieurs autoroutes et voies ferrées interurbaines sont en construction, ainsi que des routes fluviales et des ports maritimes qui desserviront l’ensemble de la Région économique clé du Sud. Le gouvernement définit la zone économique multi-noyaux comme le moyen de transformer Hô Chi Minh-Ville, qui est sur le point de devenir la première mégapole du Vietnam, en une métropole régionale.

Les entreprises multinationales et technologiques choisissent souvent c Hô Chi Minh-Ville pour pénétrer le marché vietnamien. Photo : VNA/CVN

Des difficultés
à surmonter


Alors que de grands centres financiers mondiaux tels que Londres et Hong Kong traversent des turbulences politiques qui ébranlent leur position, les investisseurs internationaux lorgnent ailleurs, à la recherche de nouvelles opportunités. Beaucoup voient dans Hô Chi Minh-Ville le futur centre financier d’Asie du Sud-Est, voire l’une des places financières majeures du monde. Idéalement située entre l’Asie du Sud-Est et l’Asie du Nord-Est, deux régions à forte croissance économique, la mégalopole se trouve dans un fuseau horaire différent de ceux des 21 plus grandes places financières actuelles du monde. Des projets sont en cours pour élargir l’aéroport de Tân Son Nhât et construire celui de Long Thành (province voisine de Dông Nai), à 40 km à l’est du centre-ville. Son marché boursier se renouvelle constamment. Son secteur financier enregistre une croissance annuelle de 8,8%. Les 60 écoles supérieures de la ville proposent des formations en lien avec le monde de la finance… Autant d’atouts pour faire de la mégapole du Sud une plaque tournante de la finance mondiale.

Cependant, outre les avantages stratégiques, pour devenir un centre financier régional et international, Hô Chi Minh-Ville doit également faire face à une concurrence directe avec de nombreuses autres grandes villes de la région. Elle est donc appelée à élaborer un plan de développement de ses services financiers répondant aux besoins des investisseurs et entreprises. Selon le président du Comité populaire municipal Nguyên Thành Phong, Hô Chi Minh-Ville a identifié la finance comme l’un de ses neuf services majeurs depuis 2001. Mais “devenir un centre financier s’avère être un processus complexe”, a-t-il estimé.

En effet, la restructuration des marchés financiers reste lente, la capitalisation boursière est faible, à 52% de son PIB, contre 243% à Singapour, 143% à Kuala Lumpur et 120% à Bangkok. Cette situation a aggravé le manque important de ressources de la ville, ralenti la croissance économique et entraîné une infrastructure surchargée, ce qui rend la mégapole du Sud moins attrayante et compromet ses perspectives d’avenir. D’après Nguyên Thành Phong, Hô Chi Minh-Ville a déterminé que le statut de centre financier serait un élément primordial pour faire avancer l’économie municipale. La mégapole s’est engagée à créer un environnement stable et propice, permettant aux organisations et institutions financières d’y fonctionner à long terme. Le plan de faire de Hô Chi Minh-Ville un centre financier de niveau régional et même international serait soumis au gouvernement cette année, dans l’espoir qu’il servira de base à la transformation de son modèle économique actuel.

Thê Linh/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Vietnam Airlines participe à l’accélération du tourisme au Nord-Est Jeudi 4 juin, Vietnam Airlines a coopéré avec l’Association vietnamienne du tourisme (VITA) pour lancer un programme de stimulation de la demande touristique pour le Nord-Est du pays.