23/06/2021 19:05
Aujourd'hui, Hô Chi Minh-Ville est entrée dans son 23e jour de distanciation sociale. Le nombre d'infections a presque atteint les 1.800 cas. Une semaine plus tôt, le 16 juin, celui de patients venait de dépasser les 1.000.
>>COVID-19 : début de la vaste campagne vaccinale à Hô Chi Minh-Ville
>>Hô Chi Minh-Ville demande aux gens de ne pas se réunir à plus de trois personnes
 
Vacciner contre le COVID-19 les travailleurs de la zone industrielle de Tân Thuân, à Hô Chi Minh-Ville.

Depuis trois semaines, on constate une constante augmentation du nombre d'infections.

Lors de la première semaine de la 4e vague, l’arrondissement de Go Vâp, 3e le plus peuplé de Hô Chi Minh-Ville avec 676.000 habitants, était identifié comme le plus grand foyer épidémique de la mégapole du Sud.

Deux semaines plus tard, la situation s'est aggravée lorsque la propagation du virus s'est déplacée vers l’arrondissement de Binh Tân, le plus peuplé avec 784.000 personnes.

Le 18 juin, le nombre d'infections enregistrées à Binh Tân était de 193 personnes, dépassant Go Vâp (147 cas). En une seule journée, du 17 au 18 juin, il a été multiplié par 1,6, passant de 120 à 193 cas.

Du 15 au 16 juin, six usines de zones industrielles de l’arrondissement de Binh Tân, de celui de Binh Chanh et du district de Cu Chi ont été placées à l’isolement.

En particulier, une usine dans la ZI de Tân Tao (Binh Tân) a enregistré 26 cas le 17 juin. Ainsi, l'épidémie a commencé à se propager dans les zones industrielles.

Dans les usines de PouYuen, qui comptent 56.000 travailleurs, on a aussi enregistré au moins trois infections. En tant qu’entreprise ayant le plus grand nombre d'ouvriers, une vaste crise aurait pu survenir. Mais  le secteur de la santé l'a contrôlée rapidement.

Parallèlement à la contamination dans les zones industrielles, l’arrondissement de Binh Tân a également détecté en continu des infections locales. Parmi les 193 cas enregistrés le 18 juin, 33  ont été détectés par le dépistage de masse.

Des changements flexibles
dans les mesures antiépidémiques


Au 17e jour de distanciation sociale selon la directive 15 du gouvernement, le nombre d'infections à Hô Chi Minh-Ville a franchi la barre des 1.000 cas.

La mégapole du Sud en a continuellement battu le record en 24 heures, passant de 99 (16 juin) à 137 (17 juin) et à 149 (18 juin). Le 21 juin, elle a enregistré un nouveau pic avec 166 infections.

Le 19 juin, les autorités municipales se sont mises d'accord sur un plan visant à augmenter le niveau de distanciation sociale avec la directive 10, une directive spécifique pour Hô Chi Minh-Ville associée aux mesures de la directive 15 appliquée auparavant.

La directive 10 exige que le nombre de personnes dans un lieu public n’excède pas 3  en assurant une distance minimale de 1,5m.

Ce changement atténue les difficultés dans le respect des critères antiépidémiques dans les usines ainsi que dans certains lieux où une grande concentration de personnes est nécessaire...

En termes de sécurité épidémiologique, le Pr Trân Dac Phu, ancien chef du Département de médecine préventive (ministère de la Santé), a déclaré que la distanciation de 1,5 m est le niveau minimum acceptable tel que recommandé par l'OMS. Selon les épidémiologistes, les usines peuvent permettre aux ouvriers de travailler avec cette distance de 1,5 m l'un de l'autre, mais doivent prendre des mesures supplémentaires telles que port de masques, désinfection, limitation des conversations et  ventilation naturelle.

Course aux vaccins

Une rue déserte à Hô Chi Minh-Ville lors de période de distanciation sociale selon la directive 10.
La vaccination est un objectif poursuivi par Hô Chi Minh-Ville depuis des mois car c’est le seul moyen de sortir de la pandémie.

En fait, lors des réunions avec le gouvernement, le président du Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville, Nguyên Thành Phong, a exprimé ses préoccupations sur les vaccins. Par conséquent, le 15 juin, le gouvernement a autorisé Hô Chi Minh-Ville à négocier pour trouver des sources vaccinales à travers le monde. Le 16 juin, le ministère de la Santé a décidé de transférer 836.000 doses d’Astrazeneca sur un total de près d'un million de doses offerts par le Japon.

Après avoir reçu 836.000 doses du ministère de la Santé, Hô Chi Minh-Ville a mis en place en urgence la plus grande campagne de vaccination   en sept jours, à partir du 19 juin.

Quelque 650 points d'injection ont été organisés dans les centres de santé, les dispensaires et les points d’injections mobiles. Chaque site ne vaccine que 200 personnes/jour pour assurer la distanciation. Le Service municipal de la santé prévoit que si elle est mise en œuvre selon le scénario prévu, cette campagne sera terminée avant le 27 juin. Ainsi, environ 6% de la population de Hô Chi Minh-Ville sera vaccinée.

Pour se préparer à l'approvisionnement en vaccins d'ici la fin de l'année, le vice-président Duong Anh Duc a informé que la ville vise deux sources de vaccins, une fournie par le gouvernement et une autre que la ville se procurera par ses propres moyens.

On s'attend à ce que d'ici la fin de l'année, le Vietnam reçoive plus de 100 millions de doses de vaccins, Hô Chi Minh-Ville en recevra environ 10% (environ 10 millions de doses). De plus, la ville a établit des contacts directs avec les laboratoires, sans intermédiaire. Avec cet approvisionnement, elle vise environ 5 à 10 millions de doses pour cette année.

"Si l'objectif de la ville est de vacciner 75 % de sa population (âgée de 18 à 65 ans), la quantité de vaccin susmentionné sera relativement sûre pour atteindre cet objectif", a estimé M. Duong.

Selon les statistiques du Service municipal de la santé, la ville compte plus de 2,3 millions de personnes prioritaires. Il y a 94.000 personnes vaccinées et avec les 836.000 doses de vaccin déjà reçues, près de la moitié de la population prioritaire sera immunisée. Et ainsi, il restera la moitié de la population en attente de se faire vacciner.

Pour atteindre l'objectif de vacciner les deux tiers de la population en 2021, Hô Chi Minh-Ville a donc encore du pain sur la planche.

Texte et photos : Quang Châu/CVN
 
* Article publié dans le cadre de la mise en œuvre de l'arrêté gouvernemental 84/NQ-CP daté du 29 mai 2020 sur les mesures à remédier aux difficultés dans la production et les affaires commerciales, à doper le déblocage des investissements publics et à assurer la sécurité sociale dans le contexte de la pandémie de COVID-19.
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.