26/08/2018 11:30
Depuis plusieurs années, Hô Chi Minh-Ville attache de l’importance à la lutte contre les inondations. Pourtant, pour diverses raisons, les résultats restent insatisfaisants. La construction d’une digue maritime est proposée.
>>Peu à peu, la mer ronge le littoral du Centre
>>Hô Chi Minh-Ville investit dans la lutte contre les vives-eaux

Digue maritime dans le district de Go Công, province de Tiên Giang (delta du Mékong).
Photo: SGGP/CVN

Les inondations, les submersions maritimes, la salinisation ou le manque d’eau douce sont les manifestations les plus visibles et les plus dévastatrices du changement climatique.

Les pluies torrentielles dans le bassin de la rivière Dông Nai - Sài Gon ainsi qu’à Hô Chi Minh-Ville, associées aux vives-eaux et à la montée du niveau de la mer, affectent de plus en plus le système de drainage et pourraient aggraver de manière dramatique l’intensité des inondations dans les années à venir. Depuis 2005, la montée constante du niveau de l’eau de la station de Phu An est considérée comme la plus grande menace pour la mégapole du Sud. 

"Hô Chi Minh-Ville, dont le relief est bien en deçà du niveau de la mer et qui se trouve en aval des cours d’eau de la rivière Dông Nai, est profondément affectée par les affluents de la rivière ainsi que les marées de la Mer Orientale, comme en témoignent les inondations causées par les vives-eaux", a précisé le Docteur Trân Ba Hoàng, de l’Institut des sciences hydrauliques du Sud.

Ces dernières années, le développement urbain est en pleine effervescence tandis que la gestion et la planification citadines ne suivent pas forcément le rythme et demeurent insuffisantes. Des lacunes qui conduisent à des conséquences désastreuses comme notamment la limitation de la capacité d’acheminement de l’eau du système de canaux et arroyos ainsi qu’un affaissement grandissant des sols (environ 1,5 à 2 cm par an).

Dans un effort pour trouver des solutions afin de pallier aux écueils causés par les inondations provoquées par les crues en amont et les fortes pluies, le ministère de l’Agriculture et du Développement rural a soumis au gouvernement le projet de construction de la digue maritime de Vung Tàu - Go Công.

Projet selon lequel seront construites deux digues, une principale de 28 km de long, 25 m de large, reliant Go Công (province de Tiên Giang) à la ville de Vung Tàu (province de Bà Ria-Vung Tàu), et une autre, longue de 13 km, reliant Vung Tàu au district de Cân Gio (Hô Chi Minh-Ville).

Digue maritime, avantages multiples

Les vives-eaux affectent de plus en plus le système de drainage et pourraient aggraver l’intensité des inondations dans les années à venir.
Photo: CTV/CVN

Ce plan a été élaboré en se basant sur plusieurs critères dont l’aménagement global des ouvrages hydrauliques de la région, les compétences technologiques et techniques actuelles du pays et du monde, ainsi que les expériences des autres pays en la matière, comme les Pays-Bas, la République de Corée et le Japon, notamment. Le fonds d’investissement pour ce projet devrait s’élever à 74.000 milliards de dôngs.

Une fois achevé, cet ouvrage contribuerait à protéger un million d’hectares face aux changements climatiques.

De plus, de nombreuses études menées par des experts ont montré que la digue de Vung Tàu - Go Công, outre son but principal qui est de prévenir les inondations et la salinisation, apporterait des avantages non négligeables à Hô Chi Minh-Ville.

Plus précisément, selon le Pr.-Dr. Nguyên Quang Kim, directeur de l’Université des ressources en eau, une montée des eaux de 75 cm est prévue d’ici 2100. La digue maritime de Vung Tàu - Go Công permettra ainsi de prévenir les inondations sur l’ensemble du réseau de rivières et canaux situé en aval de la rivière Dông Nai - Sai Gon.

Le Docteur Nguyên Ba An, de l’Institut de la stratégie de développement (ministère du Plan et de l’Investissement), a également souligné que parmi les solutions proposées pour lutter contre les inondations,  la construction de cette digue serait le projet le plus facile et le plus rapide à réaliser. En effet, la durée totale du chantier est estimée à 3-4 ans. De plus, la circulation fluviale menant à Hô Chi Minh-Ville, dans le port en eau profonde de Cai Mep - Thi Vai notamment, ne devrait pas être affectée dans les 70 années à venir.

Bien que cet ouvrage puisse provoquer certains impacts sur l’aquaculture dans l’embouchure ainsi qu’à l’extérieur de la zone forestière de Cân Gio, ces difficultés pourront être aisément surmontées en mettant davantage l’accent sur le développement touristique.

En outre, le projet de digue de Vung Tàu - Go Công pourrait contribuer  à créer un moteur pour la création et le développement de nouvelles zones urbaines le long des rivières et des côtes.
 
Huong Linh/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Quy Nhon, miracle de la nature J’adore les voyages et souhaiterais découvrir le monde en dehors des manuels et théories que j’ai appris à l’école. Voulant faire de ma vie une véritable aventure, j’ai commencé le récit de mon voyage, durant l’été 2018, à Quy Nhon (province de Binh Dinh, Centre).