24/06/2014 01:04
En cette conjoncture de faible inflation, la décision de la Banque d’État d’augmenter la parité de change dông dollar américain de 1% sur le marché interbancaire à partir du 19 juin n’a pas d’autre objet de soutenir les exportations, a expliqué Nguyên Thi Hông, directeur du Département des politiques monétaires de la Banque d’État du Vietnam (BEV).

Ce réajustement respecte toujours les orientations de gestion des politiques monétaires définies en début d’année, notamment d’équilibrage de l’offre et de la demande. Cette année, cette gestion de la BEV comporte trois points majeurs que sont la stabilisation des fondamentaux macroéconomiques, la maîtrise de l’inflation et la hausse des réserves en devises étrangères.

La parité de change dông - dollar américain a augmenté de 1% sur le marché interbancaire. 


Avec ce relèvement du taux de change, le dollar passe de 21.036 à 21.246 dôngs. Cette décision est estimée conforme aux évolutions du marché. En effet, l’indice des prix à consommation du Vietnam est à un niveau stable le plus faible depuis un an. Simultanément, le pays a un commerce extérieur bénéficiaire de 1,6 milliard de dollars ce premier semestre. Une balance commerciale bénéficiaire de 10 milliards en 2013 a permis au pays de constituer des réserves de devises inédites de plus de 35 milliards de dollars. En mai, l’inflation a progressé de 1,08% par rapport à la fin de 2013, ce qui est très peu. L’objectif de maîtrise de l’inflation à 6% en 2014 est à portée de main, a affirmé Nguyên Thi Hông.

Le réajustement du taux de change va doper les exportations, a affirmé Nguyên Thi Hông. À présent, la consommation domestique stagne et la croissance du crédit est molle depuis le début de l’année. Aussi, le maintien d’une croissance satisfaisante de l’économie nationale repose sur les exportations, lesquelles ont heureusement progressé de 15,4 % lors de ces cinq premiers mois.

Large soutien des spécialistes

Selon les estimations des responsables des banques commerciales, cette décision de réajustement du taux de change de la BEV n’a rien à voir avec un manque de devises, elle vise seulement à assister le secteur de l’exportation. Le dernier relèvement du taux de change remonte il y a un an, le 28 juin 2013 précisément.

Selon un vice-directeur général chargé des devises d’une grande banque commerciale, cette hausse était prévue et attendue depuis un mois par les banques. Elle est tout à fait raisonnable.

La hausse du taux de change n'a pas de conséquences sur l’inflation. 


D’après Truong Van Phuoc, vice-président du Comité national de contrôle des finances, ces dernières années, l’inflation au Vietnam est correctement maîtrisée. Ainsi, cette légère augmentation du taux de change de 1% n’aura que peu de conséquences et, pour en rassurer certains, il ne s’agit certainement pas d’une dévaluation du dông vietnamien.

Juste après ce réajustement, la banque HSBC affirme que cette opération ne dévaluera pas la valeur du dông vietnamien. Cette dernière est bien soutenue par la bonne santé du secteur de l’import-export, l’investissement direct étranger et l’augmentation des réserves de devises. L’investissement direct étranger au Vietnam est estimé à un milliard de dollars par mois en moyenne depuis le début de l’année, selon la HSBC. S’agissant des réserves de devises, elles ont augmenté de 10 milliards de dollars l’an dernier.

Sur le marché des devises, on observe aucune fluctuation suite à cette décision de relèvement du taux de change interbancaire de 1%. Les banques vendent le dollar à 21.400 dôngs le dollar, et l’achètent entre 21.250 et 21.330 dôngs, contre 21.246 dôngs début juin. Toutefois, ces parités demeurent en-deçà de la marge de variation fixée par la BEV.

Texte et photos : Thê Linh/CVN


Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.