12/03/2020 17:17
L'ex-producteur de cinéma Harvey Weinstein, coupable de viol et d'agression sexuelle, a été condamné mercredi 11 mars à 23 ans de prison, une lourde peine à caractère exemplaire dans un monde où la parole des victimes se libère.
>>Début des délibérations au procès Weinstein
>>Abus sexuels: nouvelle action en nom collectif contre Harvey Weinstein

Harvey Weinstein à New York le 24 février.
Photo : AFP/VNA/CVN

La sentence prononcée par le juge de Manhattan James Burke est proche du maximum prévu, soit 29 ans, pour les deux chefs d'accusation dont Harvey Weinstein, 67 ans, avait été déclaré coupable le 24 février.

Les avocats de l'ancien magnat d'Hollywood avaient demandé au juge James Burke une peine de cinq ans, soit le minimum légal selon les textes de l'État de New York.

"Compte tenu de son âge", avaient-ils écrit, "toute peine supérieure au minimum légal (...) équivaudrait à une condamnation à perpétuité".

À la sortie de l'audience, l'avocate de la défense Donna Rotunno a qualifié d'"indécente" la peine prononcée et mis en cause l'impartialité du juge. Elle a indiqué que son client prévoyait de faire appel de la décision.

Un autre avocat d'Harvey Weinstein a affirmé que les 23 ans prononcés mercredi 11 mars représentaient le triple de la moyenne des peines pour des affaires similaires dans l'État de New York.

Les avocats avaient fait valoir que, depuis octobre 2017, leur client avait perdu sa femme, qui l'a quitté, son emploi, sa société (The Weinstein Company) et faisait encore face à des manifestations d'hostilité constantes.

La défense avait mentionné aussi ses deux jeunes enfants, de 6 et 9 ans. "Il se pourrait que je ne revoie jamais mes enfants", a dit mercredi 11 mars Harvey Weinstein, qui s'exprimait pour la première fois depuis le début du procès.

Durant son allocution, il s'est présenté en victime du mouvement #MeToo. "J'étais le premier exemple et maintenant, il y a des milliers d'hommes accusés". "Je suis inquiet pour ce pays", a-t-il expliqué.

En face, il y avait les victimes, les six femmes à avoir témoigné au procès, qui se tenaient côte à côte au premier rang, une image marquante de ce procès.

Deux d'entre elles, Mimi Haleyi et Jessica Mann, dont l'agression a mené à la condamnation d'Harvey Weinstein, se sont adressées au juge avant qu'il n'annonce sa décision.

Chronologie des accusations d'agressions sexuelles contre Harvey Weinstein et de son procès à New York.
Photo : AFP/VNA/CVN

"L'incident avec Harvey Weinstein a changé le cours de ma vie", a expliqué Mimi Haleyi, qui a dû s'interrompre, en pleurs, avant de reprendre son allocution. "Il a détruit une partie de moi."

"J'espère que (la peine) sera suffisamment longue pour qu'il prenne conscience de ce qu'il a fait, à moi et à d'autres, et se repente vraiment", a conclu l'ancienne assistante de production, agressée sexuellement par le producteur en 2006.

"Rendre des comptes" 

Jessica Mann arrive au tribunal pénal de Manhattan, le 11 mars.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Je suis contrainte de porter le poids de cette expérience jusqu'à ma mort", a dit ensuite Jessica Mann, évoquant l'homme qui lui "a volé (son) corps" et a "finalement dû rendre des comptes".

"Aujourd'hui, je n'ai pas honte", a poursuivi l'ancienne aspirante actrice qui a été violée par Harvey Weinstein. "J'ai pu m'exprimer. Il n'y a plus de monstres dans mon placard."

À l'audience, mercredi 11 mars, la procureure Joan Illuzzi-Orbon a de nouveau rendu hommage aux victimes qui ont témoigné lors du procès. Sans elles, Harvey Weinstein "n'aurait jamais pu être stoppé".

Elle a souligné "l'absence d'empathie" et "l'égoïsme" du producteur indépendant.

Harvey Weinstein n'a jamais reconnu publiquement autre chose que des relations consenties avec les femmes qui l'accusent et, de fait, n'a exprimé aucun remord.

Interrogée sur le fait que son client n'avait pas présenté d'excuses aux victimes à l'audience mercredi 11 mars, son avocate, Donna Rotunno, a expliqué que "tant que l'appel n'a pas été tranché, il ne va pas changer sa positions sur ces sujets".

Nul ne sait, pour l'instant, dans quelle prison de l'État de New York le co-fondateur du studio Miramax purgera sa peine.

Pour le mouvement #MeToo, que l'affaire Weinstein a fait naître, la victoire est totale, même si le jury l'a disculpé de trois des cinq chefs d'accusation, les plus sérieux.
 
La Pdg du mouvement Time's Up, Tina Tchen, a salué, dans un communiqué, ces femmes qui ont osé témoigner et été à l'origine "d'un changement sociétal".

M. Weinstein doit encore répondre d'une autre inculpation pour deux agressions sexuelles à Los Angeles, annoncée début janvier.

Mercredi 11 mars, un porte-parole a indiqué que le procureur de Los Angeles avait entamé les démarches de transfert d'Harvey Weinstein en Californie, où il doit être formellement présenté un juge. Aucune date n'a encore été fixée.

 
AFP/VNA/CVN
 
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ambiance "électropicale" dédiée aux jeunes francophones

Le nombre de touristes étrangers au Vietnam diminue de 76,6% en onze mois Le nombre d'arrivées internationales au Vietnam en novembre a connu une augmentation de 19,6% par rapport à octobre mais a baissé de 99% en variation annuelle.