24/10/2010 04:46
Pendant plus des 20 années du Renouveau, Hanoi a abouti à des résultats encourageants sur le plan socioéconomique. Ceux-ci sont le fruit des efforts de la capitale sous la direction de l'Etat, et sous le bénéfice de la coopération des localités et des pays étrangers, outre la contribution de l'investissement direct étranger (IDE).
Faire de Hanoi une ville civilisée, moderne et développée nécessite d'importants capitaux. Selon les prévisions, pour restructurer et développer son économie, il lui faut un financement de 700.000 à 800.000 milliards de dôngs en recourant aux investissements nationaux, aux IDE, aux aides publiques au développement. Les investissements renforceront le développement socioéconomique, assureront le bien-être social au sein de la capitale, surtout après l'élargissement des frontières administratives de Hanoi.

Le Premier ministre Nguyên Tân Dung a insisté sur le fait que le Vietnam privilégiait les IDE compte tenu de leur importance pour le développement des infrastructures et l'assurance du bien-être social. L'investissement dans le développement des infrastructures de la capitale n'est pas seulement important pour celle-ci mais aussi pour tout le pays.

De 1989 à 2009, Hanoi a reçu 1.809 projets d'IDE d'un total de 20 milliards de dollars. Plus concrètement, 1989-1992 a été la période au cours de laquelle les investisseurs étrangers ont étudié l'environnement d'investissement au Vietnam. Durant celle-ci, la capitale a reçu 51 projets de 40 pays et territoires cumulant 770 millions de dollars.

De 1993 à 1996, la capitale a attiré un montant record d'IDE. Rien qu'en 1996, elle a attiré 2,64 milliards de dollars, soit 2,5 fois plus que l'année précédente, en raison de la levée de l'embargo américain contre le Vietnam fin 1994, de l'adhésion du pays à l'ASEAN en juillet 1995, de la modification de la Loi sur l'investissement étranger en 1996.

De 1997 à 2004, les IDE à Hanoi ont fortement diminué suite à la crise financière asiatique. De 1997 à 2000, les IDE ont baissé de 62% en moyenne. De 2005 à 2009, grâce à des conditions économiques mondiales plus favorables et l'amélioration de l'environnement d'investissement, Hanoi a attiré un grand nombre de projets, et d'autant plus suite à son adhésion à l'Organisation mondiale du commerce en 2007. En 2005, la capitale a attiré le plus d'IDE sur la plan national avec 1,58 milliard de dollars. En 2008, Hanoi a établi un nouveau record avec 5,09 milliards de dollars enregistrés, avant la diminution l'année suivante en raison de la crise mondiale...

Cette année est importante pour Hanoi, année au cours de laquelle elle célèbre son 1.000e anniversaire. Durant huit premiers mois de l'année, elle a attiré 170 nouveaux projets et 177 milliards de dollars, soit 26% des projets et 22% des fonds de tout le pays.

Les IDE ont contribué de manière importante à la croissance du PIB de Hanoi. Si en 2000 la participation des entreprises d'IDE au PIB local était de 13,9%, elle est passée à 15% en 2005 et 15,6% en 2006. Durant 2009-2010, les entreprises d'IDE contribuent chaque année à 16% au PIB local.

Les entreprises d'IDE ont contribué à augmenter la qualité et la compétitivité des produits exportés ainsi qu'à renforcer les exportations. De 1989 à 2007, le montant des exportations des entreprises d'IDE a été de six milliards de dollars. La croissance moyenne de ce montant de 2001-2005 a atteint 49%/an contre 17% pour les autres secteurs de la ville. Il s'agit principalement de produits électroniques, d'accessoires pour appareil photographique, de logiciels, de télévisions, de motos...

Les entreprises d'IDE à Hanoi emploient des technologies modernes. Elles sont issues de France, de Grande-Bretagne, d'Allemagne, du Canada, d'Italie, du Japon, de Singapour, de République de Corée, de Hong Kong (Chine)... tous pays et territoires possédant technologies comme capitaux. Grâce à la coopération avec les pays étrangers, Hanoi a bénéficié de transferts de technologies dans des secteurs économiques importants tels les télécommunications, l'électronique, la production automobile, les produits chimiques, la transformation alimentaire.
La plupart des projets d'IDE concernent les secteurs des services et de l'industrie. De 2005 à 2009, les IDE dans le secteur des services représentent 56,5% des projets et 40% des capitaux enregistrés, et dans le secteur industriel, de 39,3% et 40%.

Des défis à relever et des mesures à prendre

Hanoi donne la priorité aux secteurs agricole, sylvicole et aquatique. Pourtant, en réalité, les IDE dans ces secteurs représentent seulement 3% du total reçu par la ville et la plupart dans les secteurs de la transformation agricole et aquatique. Par ailleurs, plusieurs entreprises ne respectent pas la loi sur la protection de l'environnement

Afin d'attirer davantage d'IDE, il faut prendre des mesures à long terme qui détermine le rôle important des IDE pour le développement de la capitale, les secteurs prioritaires, les politiques privilégiées, etc., conformément à la Stratégie de développement socioéconomique pour 2030 et ses orientations pour 2050, ainsi que la Planification globale de développement socioéconomique pour 2020 et ses orientations pour 2030. Enfin, une planification globale fixant les projets faisant appel à l'IDE est nécessaire.

La ville doit aussi définir des politiques privilégiées en matière de foncier, en particulier dans les secteurs des hautes technologies, pour attirer les investisseurs et augmenter les transferts technologiques. Il lui faut aussi de concentrer à la formation des ressources humaines qualifiées, à la construction des infrastructures et au développement des services.

Hà Minh/CVN
(23/10/2010)
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Le Le tourisme humanitaire, aussi appelé "volontourisme", est une forme de voyage qui concilie mission humanitaire et tourisme. Il se développe au Vietnam, notamment dans les localités montagneuses du Nord.