18/09/2018 17:44
Le Comité populaire de Hanoï a récemment publié un document sur la gestion du commerce et la consommation des viandes de chien et de chat et a enjoint les habitants à délaisser la viande de chien afin d'empêcher la diffusion de la rage et d'autres maladies transmises par l'animal.
>>Viande de chien et mondialisation
>>Viande de chien et cultures

Un stand de viande de chien dans le marché Khâm Thiên à Hanoï. 

Le Comité populaire de Hanoï souligne que les plats de viande de chien ternissait l'image du pays auprès des étrangers et comportait des risques de propagation de la rage.

La viande de chien, crue ou cuite, se trouve sur les marchés et les restaurants de la capitale. On dénombre beaucoup de cas de chiens volés dans l’enceinte des maisons et vendus dans les marchés.

Les stands vendant de la viande de chien crue dans la rue Tam Trinh,  dans le district de Hai Ba Trung, ou dans les marchés n’ont pourtant pas stoppé leurs activités.

M. Tuân Bendixsen, représentant d'Animals Asia, une organisation de protection des animaux en Asie fait savoir que elle a salué cette annonce des autorités de Hanoi sur la consommation de la viande de chien.

M. Bendixsen explique également que ‘’le chien a toujours été le meilleur ami de l’homme car il nous protège, garde la maison, joue avec les enfants et aide les anciens ainsi que les handicapés’’.

Selon une enquête de l'Alliance pour la protection des chiens asiatiques (APCA), environ 20.000 chiens sont transportés chaque mois du Sud au Nord provoquant en cela des risques quant à la propagation de la rage.

 
Les stands vendant de la viande de chien crue dans les marchés continuent de leurs activités malgré les risques des maladies.

En 2016 et 2017, l’APCA a coopéré avec le Centre national du diagnostic vétérinaire de Hanoï pour mettre en place un programme de dépistage de la rage au sein de 14 abattoirs présents dans les limites territoriales de la ville. Selon l’enquête, environ un pour cent de tous les chiens de ces abattoirs sont porteurs de la maladie.

Mais M. Nam, un boucher spécialisé depuis 20 ans dans la viande de chien à Hanoï, insiste sur le fait que la viande est non seulement sûre mais aussi délicieuse. ''Manger la viande de chien est normal'', a-t-il insisté. ''C’est une spécialité du Vietnam. Les gens en mangeront toujours''.

Certaines personnes croient que la prochaine génération de Hanoïens considèrera les chiens comme des animaux domestiques plutôt que comme de la nourriture.

Nguyên Tùng, 36 ans, explique : ''Je pense que nous devrions protéger les chiens. Je ne mange pas de viande de chien et ne l’aime pas. Peu de jeunes en mangent encore car ils considèrent les chiens comme leurs animaux de compagnie et leurs amis proches''

Dô Van Ngu, 63 ans et propriétaire de chien, a ajouté: ''Nous devrions interdire cette pratique. Les chiens sont sages et proches des êtres humains. Nous ne devrions pas les manger".

Hà Ngô pense que manger un chien est un choix personnel et ne devrait pas être interdit.

Les autorités de Hanoï tiennent à ce que cette pratique soit interdite dans certaines zones,  en particulier les sites touristiques, d'ici 2021.
 
Texte et photos: Diêu Thuy/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une visite au village des forgerons de Pac Rang

Douceur de vivre sur l’île de Quan Lan à Quang Ninh Située dans le golfe du Bac Bô, aux confins septentrionaux du pays, à proximité de sites touristiques célèbres tels les baies de Ha Long et Bai Tu Long ou encore la plage de Trà Cô, l’île de Quan Lan, province de Quang Ninh (Nord), abrite de magnifiques paysages encore intacts.