17/02/2020 14:32
Hanoï compte actuellement 70 complexes industriels construits sur 1.686 hectares dans 17 arrondissements, districts et cités municipales, a fait savoir le directeur adjoint du Service municipal de l’industrie et du commerce, Dàm Tiên Thang.
>>Vinh Phuc - physique de la province industrielle
>>Bientôt une zone industrielle verte à Hung Yên

Le parc industriel Thang Long, à Hanoï. Photo : TBTC/CVN

Les complexes industriels ont attiré 3.864 établissements de production, créé environ 60.000 emplois et versé au budget de l’État chaque année quelque 1.100 milliards de dôngs (plus de 47,3 millions d’USD), a précisé le directeur adjoint du Service municipal de l’industrie et du commerce, Dàm Tiên Thang.

En 2018, Hanoï a élaboré un plan d’aménagement des complexes industriels pour accueillir les flux d’investissements dans la production industrielle, la petite industrie et les métiers d’artisanat.

La construction et la mise en service des complexes industriels ont répondu pour une part aux demandes en terrains des entreprises et établissements de production, a indiqué Dàm Tiên Thang.

Cependant, nombre de complexes industriels ont de grands progrès à faire pour améliorer leur attractivité, notamment dans la construction des infrastructures, des systèmes de traitement des eaux usées, de détection et d’extinction d’incendie.

À présent, 26 complexes industriels sont dotés des infrastructures assez synchrones comme ceux à Quât Dông, Ngoc Hôi, Tu Liêm et dans le bourg de Phùng. Les 44 autres, situés dans l’ancienne province de Hà Tây, sont encore privés d’une station de traitement des eaux usées, d’un système anti-incendie.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

COVID-19 : Comment s’en sortent-ils les touristes à Hôi An? Étrange spectacle que celui que nous livre la ville de Hôi An ces jours-ci… D’ordinaire archibondée, effervescente, elle est devenue un véritable théâtre d’ombres, peuplé d’autochtones en distanciation sociale, mais aussi de touristes "piégés" par les circonstances.