21/07/2018 10:08
Les villages de métiers artisanaux constituent une part importante de l’identité de la capitale. La stratégie de développement de l’industrie culturelle comprend un certain nombre de mesures pour leur donner un nouveau souffle.

>>Pour une valorisation touristique de l’artisanat local
>>Artisans et voyagistes main dans la main

À Hanoï, les circuits dans les villages de métiers se développent de plus en plus et connaissent un franc succès.
Photo: Phuong Nga/CVN

Hanoï est la ville vietnamienne qui compte le plus de villages d’artisans: 1.350 sur les 5.400 recensés dans l’ensemble du pays, lesquels emploient 750.000 travailleurs payés en moyenne plus de 3 millions de dôngs par mois.

Dans ces villages de la capitale, 47 des 52 groupes de métiers artisanaux du pays sont représentés et environ 200 types de produits confectionnés.

Avec une valeur de production moyenne de 14 milliards de dôngs par an chacun, ils sont des moteurs du développement local.

Hanoï, "la terre aux cent métiers"

Aux dires d’experts, Hanoï, connue comme "la terre aux cent métiers", possède un immense potentiel dans le développement du tourisme. La plupart de ses villages d’artisans sont ou pourraient être englobés dans des circuits touristiques.

En fait, beaucoup de ces villages sont déjà devenus des destinations très courues par les touristes étrangers, tels Bat Tràng (céramiques), Van Phuc (soieries), Duyên Thai (produits laqués), Quât Dông (broderies), pour n’en citer que quelques-uns. La stratégie de développement de l’industrie culturelle de la capitale met évidemment l’accent sur les circuits dans ces villages.

Car en plus de créer de nouvelles attractions dans la ville, le tourisme dans ces localités apporte aussi des sources de revenus supplémentaires aux habitants, ce qui les incite d’autant plus à préserver ce patrimoine dont ils sont les dépositaires.

Des touristes étrangers au village de Van Phuc, en banlieue de Hanoï, spécialisé dans les soieries traditionnelles.
Photo: VNA/CVN

Malgré ces signes encourageants, certains villages font face à de nombreux défis. Ceux dont les produits ne peuvent concurrencer leurs équivalents industriels, ceux dont la production est de trop petite échelle (car entièrement artisanale), ceux dont la diversité des produits est faible… sont face à un risque réel de disparition car les jeunes, conscients des difficultés qui les attendent, ont guère envie de reprendre le flambeau, au grand dam de leurs aînés.

Savoir se renouveler et s'adapter aux évolutions 

La capitale s’est engagée à créer des conditions favorables pour que ces villages puissent se développer durablement en préservant leurs  traditions et leur identité culturelle, tout en améliorant les conditions de vie de leurs habitants.

L’une des priorités est la forma-tion professionnelle, en mettant l’accent sur le tourisme pour une combinaison harmonieuse entre production, tourisme, culture et fêtes traditionnelles. La création d’organisations professionnelles dans ces villages est aussi ciblée.

"Les artisans devront créer de nouveaux designs pour accompagner les tendances du marché. Pour conquérir les clients, notamment étrangers, leurs produits devront être plus beaux, plus attractifs", a souligné Tôn Gia Hoa, président adjoint de l’Association nationale des villages de métiers. "Il sera aussi important de maintenir la fabrication à partir de matières premières traditionnelles, pour préserver l’identité même de ces produits" a-t-il ajouté.

Le directeur adjoint du Service de l’industrie et du commerce de Hanoï, Dàm Tiên Thang, a estimé que beaucoup de villages d’artisans de Hanoï avaient pu exister jusqu’à aujourd’hui parce qu’ils avaient su associer traditions et nouvelles techniques. Ils ont ainsi appliqué de nouvelles technologies, renforcé le marketing et la promotion de leurs produits, et ce souvent sur Internet, permettant ainsi de toucher des clients  potentiels à travers le monde. Les artisans ont aussi mis l’accent sur des modes de production respectueux de l’environnement, ce à quoi les consommateurs du XXIe siècle sont particulièrement sensibles.

À l’avenir, les organisations administratives et les autorités devront élaborer des politiques encourageant les artisans à promouvoir et préserver leur savoir-faire ainsi que leur identité culturelle. Pour développer les villages d’artisans, le premier levier d’action concerne les investissements dans la préservation et la valorisation des métiers traditionnels. Il est important d’élaborer un plan concret. Ces activités doivent être réalisées de façon systématique. Chaque village d’artisans doit être étudié soigneusement pour pourvoir transmettre aux touristes les informations nécessaires. Le Service du tourisme de Hanoï, en coopération avec les entreprises et autorités locales, établit des circuits dans ces villages et épaule les habitants locaux dans l’accueil des visiteurs.
 
Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Promotion du tourisme vietnamien en Australie et en Nouvelle-Zélande Une délégation de l'Administration nationale du tourisme du Vietnam conduite par son chef Nguyên Van Tuân, a organisé mercredi soir 15 août à Sydney un programme de promotion du tourisme vietnamien.