21/12/2019 09:42
Quand les premières moussons arrivent au Nord, le chrysanthème des Indes s’épanouit et envahit les rues de Hanoï. Dans n’importe quel coin de la capitale, on est fasciné par la beauté de cette fleur.
>>Les fleurs dans la culture du Vietnam
>>L’exode des fleurs de Hanoï

La saison des chrysanthèmes attire toujours beaucoup des jeunes qui viennent aux jardins pour prendre des photos. Photo : Minh Duc/VNA/CVN

Les chrysanthèmes des Indes ne s’ouvrent que de fin novembre à début décembre, pendant quelques semaines. Nombreux sont les amateurs qui attendent cette occasion pour visiter et prendre en photo les jardins en fleurs.

Chaque jour, dans les rues Nhât Tân, Tu Liên ou Âu Co de l’arrondissement de Tây Hô où ils sont cultivés, les marchands peuvent en vendre jusqu’à 100 voire 120 bouquets.

Pour faire une bonne saison, les horticulteurs doivent semer dès le 5e mois de l’année lunaire et soigner méticuleusement leurs plantes jusqu’au bout du 10e mois.

En ouvrant leur porte aux visiteurs afin qu’ils puissent prendre des clichés, les propriétaires de ces jardins s’assurent une source de revenu stable.

Les rues parées d’une douce teinte blanche où des vendeurs déambulent avec des vélos chargés de chrysanthèmes font partie de l’image de Hanoï.


Thu Hà/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
“Mémoires de Hôi An”, retour sur les origines

Têt : branle-bas de combat au village de fleurs de Sa Déc À l’approche du Têt traditionnel, le village des fleurs de Sa Déc, province de Dông Thap (Sud), entre dans une période très affairée. Les quelque 2.000 foyers producteurs mettent les bouchées doubles pour répondre aux nombreuses commandes.