09/01/2021 22:55
Après leur défaite en Serbie (27-24), les handballeurs français doivent réagir samedi 9 janvier à Créteil (19h00) face aux mêmes Serbes, pour ne pas se compliquer la tâche en qualifications pour l'Euro-2022, et retrouver la confiance à cinq jours du Mondial-2021.
>>Ligue des champions de hand : battu en demi-finale, Paris voit son rêve de premier titre s'envoler
>>Final Four de hand : le joueur du PSG Luc Steins positif au COVID-19
>>Euro-2020 de hand : les Françaises se font peur mais battent l'Espagne

Le sélectionneur Guillaume Gillelors d'un point presse à Creteil, le 28 janvier 2020. Photo : AFP/VNA/CVN

La première de Guillaume Gille dans le costume de sélectionneur de l'équipe de France masculine de handball à Zrenjanin mardi soir 5 janvier a été pour le moins compliquée : les Bleus ont compté jusqu'à cinq buts de retard et se sont finalement inclinés 27 à 24.

"C'est une première expérience ratée. On imaginait que l'on serait plus opérationnel que ça, malgré les circonstances, le peu d'entraînement avec le groupe au complet, le retour des joueurs qui avaient fait le Final 4 de la Ligue des champions, la Coupe de Norvège, ou la dernière journée de Bundesliga", souligne le sélectionneur avant de retrouver la Serbie.

"Le but affiché pour ce match retour est de gagner et de récupérer le +goal average+ particulier avec la Serbie", précise-t-il, ce qui nécessitera une victoire par au moins quatre buts d'écart pour s'ouvrir la voie vers le Championnat d'Europe 2022 en janvier prochain.

Pour se rendre en Hongrie et en Slovaquie dans douze mois, les Bleus doivent prendre l'une des deux premières places, alors qu'ils se trouvent en concurrence avec la Serbie, la Grèce et la Belgique. S'ils finissent à la 3e place, ils devront figurer parmi les quatre meilleurs troisièmes des huit groupes de qualifications.

Voir du mieux dans le jeu 

L'équipe de France de handball, regroupé durant un temps mort lors d'un match de Coupe du monde à Hamburg, le 25 janvier 2019. 
Photo : AFP/VNA/CVN

Mais au-delà de l'aspect purement mathématique, les Français devront rendre une copie bien plus propre que celle livrée mardi soir 5 janvier à Zrenjanin, "de très mauvaise qualité", selon les termes de Guillaume Gille.

"Malgré les chantiers ouverts, le travail qui reste à faire pour que le projet de jeu soit plus clair, on espérait que l'on soit au rendez-vous, et pour le coup, on s'est manqué dans les grandes largeurs", a-t-il regretté, pointant des manquements "dans l'engagement" et "dans le combat" lors du match aller en Serbie.

"Il nous a manqué beaucoup de choses. C'est tout ça que l'on doit corriger pour retrouver un visage plus conforme à ce que ce groupe est en mesure de délivrer."

Le sélectionneur espère "voir du mieux dans le jeu et dans les comportements de l'ensemble des joueurs", avec également dans le viseur le Championnat du monde 2021 qui débute en Égypte dans moins d'une semaine (13-31 janvier), et un choc pour les Bleus jeudi 7 janvier dès leur entrée en lice, contre la Norvège de l'un des meilleurs, si ce n'est le meilleur joueur du monde actuellement, Sander Sagosen.

Les Bleus seront privés samedi soir 9 janvier, ainsi qu'au Mondial-2021 en Égypte, de leur arrière gauche Elohim Prandi, blessé à l'épaule et remplacé par le Nîmois Jean-Jacques Acquevillo.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.