19/06/2011 07:23
Pour devenir une ville industrialisée en 2015, Hô Chi Minh-ville s'est fixée pour objectif de maintenir son rôle de locomotive économique du pays, de construire une administration urbaine saine, puissante, professionnelle et moderne.
Dix ans auparavant, en élaborant les stratégies de développement économique de la municipalité, les autorités de Hô Chi Minh-Ville et les experts en économie avaient déjà déterminé qu'il fallait développer l'économie en profondeur plus qu'en largeur et passer des industries utilisant un grand nombre de travailleurs à celles de grande valeur ajoutée et de haute technologies. Les services sont un secteur qui contribue une part importante au PIB.
Pour atteindre ces objectifs, en 2001, Hô Chi Minh-Ville a mis en œuvre un programme pour faire changer sa structure économique. Au dire des experts, ce changement est nécessaire et en bonne voie. Cependant, le changement du taux de contribution au PIB des différents secteurs, des services et des industries reste lent. Certains indices ne sont pas atteints.

Selon Cao Minh Nghia, de l'Institut d'études du développement de Hô Chi Minh-Ville, le changement de la structure économique municipale n'a pas encore abouti, car les mesures appliquées ne sont pas efficaces. De plus, à cause d'une faible productivité, les services n'attirent pas encore les investissements. D'autres raisons sont que les entreprises manquent de capitaux, la qualité du personnel est faible, les technologies ne sont pas assez modernisées.

De plus, l'efficacité des investissements laisse à désirer. La croissance du taux entre le capital et la production (ICOR) est élevée (4%) et le taux des investissements/PIB est de 40%. Cela a freiné la croissance et la valeur ajoutée des secteurs industriels et des services. La contribution au PIB des services reste faible sauf le secteur des finances et des crédits dont le taux de contribution a passé de 3,18% en 2000 à 12,01% en 2009.

Le secteur des sciences et des technologies contribue toujours un taux très faible au PIB, même diminuant de 0,31% en 2000 à 0,23% en 2009. Selon des experts, il faut alors des politiques permettant de renouveler effectivement la structure économique et stimuler les entreprises à orienter leur production vers des produits à forte valeur ajoutée.

Réforme et efforts

L'objectif du changement de la structure économique est de faire de Hô Chi Minh-Ville un centre industriel, de services, de sciences et de technologies de la région et du pays. Selon des experts, dans les cinq ans à venir, Hô Chi Minh-Ville devra concentrer ses efforts pour consolider sa base pour un développement durable, en particulier par une augmentation synchrone de la qualité de sa croissance et de ses infrastructures en vue de la réalisation de ses objectifs 2011-2020.

Pour ce faire, la ville devra surmonter plusieurs défis, tout en créant des conditions favorables aux entreprises, surtout les PME. Par exemple, la mécanique fait partie des quatre secteurs de pointe de Hô Chi Minh-Ville qui doivent contribuer au changement de la structure économique municipale sur les périodes 2006-2010 et 2011-2015. Actuellement, la ville a projeté d'installer toutes les industries mécaniques au district de Cu Chi. Cependant le problème qui se pose est comment créer les conditions favorables et comment faire pour que les entreprises viennent y investir.

Dans l'immédiat, il est nécessaire de relier les nœuds de communication de la ville avec les localités du Sud par des axes routiers développés. Dans ce processus de changement de la structure économique, le rôle de l'État doit s'affirmer davantage par le biais d'investissements indirects qui se concrétiseraient dans la construction d'infrastructures, dans l'élaboration de politiques ouvertes et transparentes, dans la fourniture d'informations aux entreprises. Cela aidera les entreprises à diminuer leurs dépenses et à attirer leurs investissements.

Vouloir changer une structure économique demande un effort global, dont une force dynamique sur le plan macroscopique. Par exemple pour augmenter la valeur ajoutée des industries de pointe, le développement des industries auxiliaires oblige. Sans oublier de moderniser les technologies pour produire des équipements et accessoires dans le pays au lieu de les importer.

Il y a des années, Hô Chi Minh-Ville a demandé au gouvernement l'autorisation d'expérimenter un modèle d'administration urbaine. Selon l'expert en économie Lê Dang Doanh, pour que la ville puisse se développer au niveau de l'exigence régionale, elle doit être pionnière en matière de réformes et montrer de la transparence dans tous les domaines. De plus, l'État devrait donner plus d'autonomie à la ville pour lui permettre de régler elle-même les infractions dans la circulation, de pouvoir gérer directement les projets d'investissement pour qu'elle puisse retirer le permis des projets en retard ou inefficaces et attirer les investissements du secteur privé.

L'expert financier Bùi Kiên Thành remarque aussi que Hô Chi Minh-Ville possède tous les atouts pour se développer. Le problème, c'est de pouvoir trouver les mesures adéquates et efficaces. Pour cela, la ville ne pourra pas se passer de l'assistance du gouvernement, des ministères et des secteurs du niveau central.


Hà Minh/CVN
19/6/2011
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.