02/07/2020 11:01
Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a souligné mercredi 1er juillet les besoins financiers des pays, en particulier des pays à revenu faible et intermédiaire, pour faire face au COVID-19.
>>Un nouveau projet de résolution lié à la pandémie au Conseil de sécurité de l'ONU

Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, participe à un sommet virtuel des dirigeants du G20.                    Photo : ONU/CVN

"Alors que nous élaborons une réponse mondiale globale, l'action sur le financement doit être au centre. Si les pays n'ont pas les moyens financiers de lutter contre la pandémie et d'investir dans la relance, nous serons confrontés à une catastrophe sanitaire et à une reprise mondiale terriblement lente", a-t-il déclaré lors d'une table ronde sur "La renaissance de l'économie mondiale pour assurer un développement durable".

Le COVID-19 est une crise humaine. Mais elle est également devenue une crise de développement et de financement, car les pays en développement doivent faire face à une demande de dépenses publiques considérablement accrue, exactement au moment où les recettes fiscales et d'exportation, les investissements étrangers et les transferts de fonds s'effondrent, a déclaré M. Guterres.

"Nous sommes à l'aube d'une crise de la dette généralisée, de nombreux pays étant confrontés à un choix impossible entre le service de leur dette ou la protection de leurs communautés les plus vulnérables et la lutte contre la pandémie. Les défauts de paiement de la dette peuvent avoir des conséquences sociales dévastatrices. Et de nombreux pays n'ont tout simplement pas accès aux marchés financiers pour pouvoir assurer le service de leur dette".

La suspension du service de la dette du Groupe des 20 pour les pays les plus pauvres a été un début bienvenu. Mais il reste encore beaucoup à faire. Le soutien doit être élargi et déterminé par la vulnérabilité plutôt que par le seul produit intérieur brut, a-t-il déclaré. "Nous devons absolument répondre aux préoccupations relatives à la dette des pays - principalement en développement - et d'un grand nombre de pays à revenu intermédiaire, qui ont perdu la capacité d'accéder aux marchés financiers".

M. Guterres a également souligné la nécessité de trouver des solutions durables au problème de la dette qui créeront une marge de manoeuvre budgétaire pour les investissements dans la relance et les Objectifs de développement durable.

APS/VNA/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une expérience inoubliable pour les étudiants francophones au Vietnam

Thanh Hoa : quatre villages anciens à visiter Dans la culture vietnamienne, le village incarne les traditions familiales essentielles. Lorsque vous voyagez dans la ville de Thanh Hoa (Centre), ne manquez pas l’occasion de visiter ces anciens villages tout en découvrant l’atmosphère paisible de la vie à la campagne du Vietnam.