09/08/2018 11:37
La guerre qui ravage la Syrie depuis plus de sept ans a entraîné des destructions estimées mercredi 8 par l’ONU à près de 400 milliards de dollars. Cette estimation a été publiée à l'issue d'une réunion à Beyrouth de plus de 50 experts syriens et internationaux accueillis par la Commission économique et sociale des Nations unies pour l'Asie occidentale.
>>L'armé syrienne progresse face aux forces de l'EI dans la région de Soueïda
>>Syrie: bombardements et combats intensifs entre les forces syriennes et l'EI


Des bâtiments détruits par les combats à Alep, deuxième ville de Syrie, reprise par le régime après d'intenses bombardements. Photo prise le 5 juillet 2017.
Photo: AFP/VNA/CVN

La Commission économique et sociale des Nations unies pour l'Asie occidentale (CESAO) a estimé le "volume de destructions" à plus de 388 milliards de dollars (334 milliards d'euros).

Ce chiffre n'inclut pas "les pertes humaines" --personnes tuées dans les combats ou perte de gens qualifiés en raison des déplacements de population--, a ajouté l'ONU.

Plus de la moitié de la population syrienne d'avant-guerre a fui le pays ou a été déplacée au cours des sept dernières années tandis que le conflit a fait plus de 350.000 morts.

La guerre a débuté en mars 2011 après la répression sanglante par le gouvernement de Bachar al-Assad de manifestations réclamant des réformes démocratiques. Elle s'est complexifiée au fil des ans avec l'implication de puissances et mouvements étrangers ainsi que de groupes jihadistes.

L'intervention militaire de la Russie en 2015 a permis au gouvernement syrien d'enchainer les victoires face aux opposants et aux jihadistes. Un rapport complet sur l'impact des sept années de guerre devrait paraître en septembre, selon la CESAO.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Lâm Dông crée une percée dans son agritourisme Ces dernières années, l’agrotourisme a pris son envol dans la province de Lâm Dông, au Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre). Un type de tourisme lié étroitement à l’agriculture high-tech.