22/04/2018 23:04

>>SNCF: après la grève, la dette au centre des débats
>>SNCF : après une grève suivie, retour progressif à la normale
>>SNCF: l'Assemblée française vote très largement la réforme, 4e séquence de grève
>>SNCF: l'État reprendra progressivement la dette à partir du 1er janvier 2020

Le trafic des trains sera de nouveau très perturbé lundi 23 avril, avec 35% des TGV en circulation, 30% des Intercités et 40% des TER, RER et Transilien, a indiqué dimanche 22 avril le patron de la SNCF, Guillaume Pepy. Ces chiffres sont proches de ceux de la précédente journée de grève mercredi 18 avril, mais M. Pepy a assuré au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro que "le trafic sera en amélioration" et que "la grève s'érode lentement". "Il y a quatre cheminots sur cinq au travail", a-t-il ajouté, précisant que "ceux qui conduisent les trains sont en grève à 60%" soit "beaucoup moins qu'au début de la grève, où on était à 77%". La SNCF avait également fait état d'un taux de grévistes proche de 20% mercredi18 avril, avec déjà trois conducteurs sur cinq participant au mouvement. "Les voyageurs en ont tout simplement assez", a affirmé M. Pepy, dénonçant une grève "low-cost pour les salariés mais avec une pénalisation maximum des voyageurs et des entreprises". Pour le prochain épisode de deux jours, programmé samedi 21 avril et dimanche 22 avril, "on va mettre l'essentiel de nos moyens pour avoir plus de 250 TGV par jour", a-t-il assuré. Interrogé sur une possible prolongation du mouvement en juillet et août, évoquée par Le Parisien, le patron de la SNCF a estimé qu'"il n'y aura pas de grève cet été parce que les cheminots sont des gens responsables".

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Châu Dôc: Vers la diversification des offres touristiques La ville de Châu Dôc, dans la province d’An Giang (Sud) bénéficie de conditions naturelles favorables au développement des services. Elle se focalise actuellement sur l’enrichissement de l’offre touristique, notamment sur le plan spirituel et culturel, en invitant des investisseurs à s’y intéresser pour développer infrastructures routières, lieu de résidence... en vue d’accueillir de plus en plus de pèlerins sur cette terre sacrée.