29/03/2018 14:53
L’Hôpital central militaire 108 a organisé, hier 28 mars à Hanoï, une conférence-bilan afin d’évaluer les résultats de la première greffe pulmonaire à partir d’un donneur en état de mort cérébrale au Vietnam. C’est également l’occasion de saluer l’altruisme du donneur et de ses proches.
>>Première greffe pulmonaire à partir de donneur en mort cérébrale
>>Don d’organes, une vie après la mort

Conférence-bilan à propos de la première greffe pulmonaire à partir d’un donneur en état de mort cérébrale au Vietnam, le 28 mars à Hanoï.
Photo : Huong Linh/CVN

Dans son rapport, le Pr-Dr Mai Hông Bàng, directeur de l’Hôpital central militaire 108, a fait savoir qu’en 2015, le ministère des Sciences et des Technologies avait confié à lui même ainsi qu’à son hôpital un sujet de recherche national concernant la greffe pulmonaire à partir d’un donneur en état de mort cérébrale. En 2016, l’hôpital s’est également vu chargé de mener à bien un projet de renforcement de la capacité de recherche pour le développement des techniques de la transplantation de tissus et d’organes, toujours confié par le gouvernement, le ministères des Sciences et des Technologies et celui de la Défense.

Pour accomplir ces tâches, l’hôpital 108 s’est concentré sur l’amélioration matérielle et la formation du personnel soignant. Il avait ainsi envoyé 30 médecins, chirurgiens, aides-soignants dans des hôpitaux et centres de premier rang dans le monde. En outre, une vingtaine d’équipes avaient été formées dans des établissements maîtrisant les technologies de pointe dans ce domaine comme les hôpitaux Viêt Duc à Hanoï et Cho Rây à Hô Chi Minh-Ville.

Ces efforts ont porté leurs fruits. Le 26 février dernier, les chirurgiens de l’hôpital ont réalisé, avec succès, la greffe de deux poumons prélevés sur un donneur en état de mort encéphalique. Une première au Vietnam. Le patient Trân Ngoc Hanh, 54 ans, originaire de la province de Nam Dinh (Nord), souffrait d’une grave insuffisance respiratoire causée par une maladie pulmonaire obstructive chronique au stade terminal. Son état s’aggravait rapidement et sa vie était menacée.

Le succès de cette greffe pulmonaire marque une avancée majeure dans le domaine de la transplantation d’organes au Vietnam.
Photo : BV108/CVN

En plus des deux poumons, les médecins ont prélevé en même temps d'autres organes pour six autres greffes à l’Hôpital central militaire 108 et à l’Hôpital Cho Rây de Hô Chi Minh-Ville. Un mois après la greffe, les états de santé du greffé Trân Ngoc Hanh et des autres patients sont stables. 

"Le succès de cette première greffe pulmonaire témoigne de la haute qualification de nos équipes médicales, de la volonté et des efforts des médecins de l’hôpital, ainsi que du rôle central de la coopération nationale et internationale", a souligné Mai Hông Bàng.

En effet, à côté de 60 professeurs, médecins, aides-soignants et techniciens de l’Hôpital central militaire 108, cette greffe de poumon a également réuni  trois experts étrangers venus de France et de Belgique.

Dans les temps à venir, son hôpital envisagerait même de se pencher sur la transplantation d’utérus, d’intestin…

Honneur aux donneurs

Lors de la conférence du 28 mars, le général de corps d’armée Bê Xuân Truong, vice-ministre de la Défense, s’est félicité des bons résultats obtenus ces dernières années par les cadres, médecins et employés de l’Hôpital central militaire 108. Il a souligné que la première greffe pulmonaire à partir d’un donneur en état de mort cérébrale au Vietnam plaçait le pays sur la carte mondiale de la greffe d’organes.

Il a de ce fait demandé aux médecins, cadres et employés de l’hôpital de mieux utiliser les nouveaux équipements, de continuer à appliquer de hautes technologies lors des consultations et traitements médicaux, tout en renforçant les activités de recherches scientifiques et de formation post universitaire ainsi qu’élargissant la coopération internationale. Il est en effet nécessaire d’élaborer une stratégie globale pour faire de l’Hôpital central militaire 108 une référence au niveau international.

Cérémonie en l’honneur du donneur d'organes et de sa famille, le 28 mars à Hanoï.
Photo : Huong Linh/CVN

Pour sa part, la ministre de la Santé, Nguyên Thi Kim Tiên, qui est aussi présidente de l’Association de la mobilisation des dons de tissus et d’organes humains du Vietnam, a souligné que le succès de cette greffe pulmonaire affirmait la détermination vietnamienne à se hisser aux plus hauts niveaux de la médecine moderne. "Il démontre la capacité de nos professionnels de la santé à préparer consciencieusement une opération difficile et à travailler en équipe", a-t-elle triomphé.

À cette occasion, l’Hôpital central militaire 108 a organisé une cérémonie en l’honneur du donneur d'organes, Lê Hai Ninh, un officier supérieur de 45 ans originaire de la province de Ninh Binh (Nord), et de sa famille. La ministre Nguyên Thi Kim Tiên lui a remis, à titre posthume, l’Insigne de la santé publique et des cartes d’assurance santé à ses proches.
 
Huong Linh/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.