04/03/2018 15:46
Le président français Emmanuel Macron et le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres ont exprimé samedi 3 mars leur "grave préoccupation" face à la situation en Ghouta orientale, où les convois de l'ONU doivent pouvoir apporter de l'aide dans l'enclave rebelle syrienne, selon l'Éysée.
>>L'ONU poursuivra ses efforts pour un cessez-le-feu en Syrie
>>Ghouta orientale : le chef de l'ONU appelle à arrêter "cet enfer sur Terre"

Des bombardements dans la région de la Ghouta, en Syrie, le 19 février 2018.

Photo : AFP/VNA/CVN


Lors d'un entretien téléphonique samedi soir 3 mars, le président français et le chef de l'ONU ont "réaffirmé leur pleine détermination à faire appliquer par le régime syrien et ses alliés la résolution 2401, notamment sur l'accès humanitaire", a indiqué l'Élysée. 

"Les convois de l'ONU doivent livrer dès à présent l'assistance médicale et alimentaire indispensable aux populations assiégées", a ajouté la présidence française. 

M. Macron s'entretiendra dimanche 4 mars de la Syrie avec son homologue iranien Hassan Rohani, Téhéran étant l'un des principaux soutiens du régime syrien. 

Une semaine après son adoption, la résolution de l'ONU prévoit une trêve de 30 jours mais n'est pour l'instant pas appliquée sur le terrain, où les forces du régime et leurs alliés ont intensifié leur offensive terrestre contre les groupes rebelles.

Un couloir humanitaire censé permettre l'évacuation des civils, des malades ou des blessés de la Ghouta et l'entrée de convois d'aides, est resté vide, au grand dam des habitants assiégés qui souffrent de pénuries de nourriture et de médicaments.

L
e chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a également eu samedi 3 mars une série d'entretiens téléphoniques, notamment avec son homologue américain Rex Tillerson, sur la Syrie. M. Le Drian doit se rendre lundi 5 mars à Téhéran.

AFP/VNA/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Thi.bli, de l’amour de la céramique à l’amour du Vietnam

Un Depuis 15 ans, chaque dimanche matin, les philatélistes de la capitale se donnent rendez-vous dans un petit café de la rue Triêu Viêt Vuong. Rassemblés sur le trottoir, ils boivent du thé et du café tout en échangeant des timbres.