19/01/2020 13:09
Gibraltar pourrait rejoindre l'espace Schengen afin de garantir la liberté de mouvement à sa frontière avec l'Espagne quand le Royaume-Uni aura quitté l'Union européenne, a suggéré le chef du gouvernement de ce territoire britannique.
>>Brexit : les députés britanniques donnent leur feu vert au grand saut
>>Brexit : l'UE sera intransigeante sur l'accès au marché unique

Le ministre en chef de Gibraltar Fabian Picardo lors d'un entretien avec l'AFP à Gibraltar le 17 janvier. Photo : AFP/VNA/CVN

Pour cette minuscule enclave de 6,2 km2 à l'extrémité sud de la péninsule ibérique, la fluidité du trafic à son unique poste frontière avec l'Espagne est cruciale.

La suggestion du ministre en chef de Gibraltar Fabian Picardo dans un entretien réalisé vendredi 17 janvier sur "le Rocher" intervient moins de deux semaines avant le Brexit. Le 1er février s'ouvrira une période de transition de 11 mois pendant laquelle Londres et l'UE devront négocier sur l'avenir de leurs relations.

"Nous avons parlé de ça avant le Brexit, a déclaré M. Picardo, de la possibilité que Gibraltar entre dans l'espace Schengen", une zone de 26 pays dont quatre ne font pas partie de l'UE, entre lesquels les voyageurs peuvent circuler sans passeports.

Le Royaume-Uni n'a jamais voulu rejoindre l'espace Schengen mais si Gibraltar y entrait "ce serait positif" a estimé le ministre en chef. "Cela a-t-il un sens pour l'UE que 2,5 miles carrés à l'extrémité sud de la péninsule ne soient pas accessibles aux citoyens européens ? Je ne le crois pas", a-t-il dit.

Un passage sans encombre à la frontière est dans l'intérêt de l'enclave de quelque 30.000 habitants comme des Espagnols qui y sont employés. Près de 14.000 travailleurs, en grande majorité des Espagnols mais aussi des ressortissants de toutes nationalités établis en Espagne, passent la frontière chaque jour pour aller travailler à Gibraltar où règne le plein emploi.

Parmi eux, 2.500 Britanniques vivant en Espagne en raison du moindre prix de l'immobilier, franchissent à pied ou en voiture le poste frontière avant de traverser la piste de l'aéroport construite sur un isthme reliant Gibraltar à l'Espagne.

Regardez d'autres micro-Etats en Europe, ils bénéficient de la liberté de circulation dans Schengen, même s'ils ne sont pas totalement intégrés dans le système d'échanges d'informations, a poursuivi Fabian Picardo. Tout cela sera pris en compte dans les négociations qui vont s'ouvrir". Le Liechtenstein, notamment, est un micro-État membre associé de l'espace Schengen.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Nguyên Thu Thuy, la céramiste des espaces urbains

Le Centre du Vietnam reste une destination sûre Alors que de nombreuses localités ont suspendu leurs activités touristiques pour prévenir les infections respiratoires aiguës causées par la nouvelle souche du coronavirus (COVID-19), le Centre du Vietnam fait des efforts pour assurer la sécurité pour accueillir les voyageurs, avec des mesures pour consolider son image de destination sûre.