13/05/2018 20:37
Le paludisme continue à faire ravage au Ghana à cause de la résistance des moustiques aux insecticides, compliquant ainsi la lutte contre cette maladie la plus meurtrière dans le monde et au continent africain, ont rapporté des médias locaux.

>>Angola: 2.000 décès liés au paludisme au cours du premier trimestre 2018
>>Paludisme: conflits et transfusion sanguine, facteurs de risque en Afrique
>>Paludisme: Novartis investira 100 millions de dollars dans la recherche
>>Plus de 3.000 cas de décès liés au paludisme en 2017

Un salarié de la société Anglogold Ashanti Malaria Ltd pulvérise un insecticide contre les moustiques dans une maison à Adansi Domeabra au Ghana, le 2 mai. Photo: AFP/VNA/CVN

Dans la région rurale d'Obuasi, située dans la province d'Ashanti, les moustiques ont évolué et résistent désormais aux produits chimiques utilisés depuis des décennies et propagent encore le paludisme, la maladie infectieuse la plus meurtrière dans le monde.

Cité par l'AFP, le chercheur dans un laboratoire à Obuasi Paul Osei-Bonsu, estime qu'à force "d'utiliser le même produit sur des années, on finit par avoir 90% de la population de moustiques qui survit. C'est ce qu'il se passe désormais".

Au Ghana, 4,8 millions de cas ont été constatés dont près de 600 ont trouvé la mort en 2017. Un nombre passé de 2.200 décès en 2011. Ce qui poussé le gouvernement local d'en faire l'une de ses priorités sanitaires au même titre que d'autres gouvernements africains et organisations internationales qui se sont dans la prévention, et à rendre plus accessibles les moustiquaires de protection.

Pour le cas du Ghana, un insecticide de "3e génération" auquel les moustiques ne peuvent plus résister, a été introduit. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), cette maladie, transmise par les moustiques femelles, a contaminé quelque 216 millions de personnes à travers le monde en 2016, et été responsable de 445.000 décès. 90% d'entre eux ont eu lieu en Afrique sub-saharienne.

Le paludisme dit aussi ''malaria'' est une maladie infectieuse caractérisée par de la fièvre due à la piqûre de moustiques du genre anophèle dont la femelle est l'agent principal de transmission de la pathologie. Il est principalement connu dans les pays chauds et marécageux.

APS/VNA/CVN

 

 

 

 

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.