19/02/2021 12:10
Les États-Unis ont procédé jeudi 18 février à trois gestes à l'égard de l'Iran, sur fond de volonté de relancer l'accord nucléaire de 2015 et après une mise en garde avec les Européens à Téhéran contre une décision "dangereuse" de limiter les inspections internationales.
>>L'Iran est prêt à dialoguer avec l'AIEA mais pas à renégocier l'accord sur le nucléaire
>>Une flottille russe dans les eaux iraniennes pour un exercice naval conjoint
>>Yémen : l'Iran appelle au dialogue régional pour régler les différends

Le secrétaire d'État américain Anthony Blinken le 4 février à Washington.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Aujourd'hui, il s'agit de prendre des mesures diplomatiques pour voir si nous pouvons arriver" à l'objectif du président Joe Biden d'une remise en route de cet accord", a indiqué un responsable américain sous couvert d'anonymat. Après une réunion virtuelle des chefs de la diplomatie française, britannique, allemande et américaine, Washington a annoncé accepter une invitation de l'Union européenne à des pourparlers avec Téhéran pour réactiver l'accord de 2015 mis à mal par Donald Trump.

Ces discussions réuniraient les pays ayant signé l'accord en 2015 (Iran, États-Unis, Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni et Russie) et permettraient d'"évoquer la meilleure façon d'avancer concernant le programme nucléaire" iranien, selon le département d'État. Il s'agit de "s'asseoir à une table avec l'Iran et ouvrir une voie pour essayer de revenir à une situation où les États-Unis et l'Iran seront à nouveau en conformité" avec l'accord nucléaire, a expliqué le responsable américain.

Un peu plus tôt, les ministres français Jean-Yves Le Drian, allemand Heiko Maas, britannique Dominic Raab et américain Antony Blinken avaient affirmé dans un communiqué, à l'issue d'une visioconférence, leur objectif de "voir l'Iran revenir au plein respect de ses engagements" prévus en 2015, afin de "préserver le régime de non-prolifération nucléaire et garantir que l'Iran ne puisse jamais acquérir une arme nucléaire".

AFP/VNA/CVN



 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La collection unique de statues de buffles du peintre-artisan Nguyên Tân Phat

Quang Nam pourrait devenir la première localité du pays à appliquer le passeport vaccinal La province de Quang Nam au Centre a adressé au ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme une note officielle demandant la permission d’appliquer le passeport vaccinal. C’est ce qu’a fait savoir dimanche 18 avril Lê Tri Thanh, président du Comité populaire provincial. Si la demande est ratifiée, Quang Nam deviendra la première localité du pays à appliquer à titre expérimental le passeport vaccinal.