17/03/2018 18:40
C'est une Theresa May revigorée qui va prendre la parole samedi 17 mars devant le congrès de printemps de son Parti conservateur, après une semaine de fortes tensions diplomatiques avec la Russie au cours de laquelle elle a su rassembler.

>>Ex-espion empoisonné : le Royaume-Uni expulse 23 diplomates russes
>>Brexit : Theresa May reconnait les "dures réalités"
>>Theresa May dévoile sa vision de l'après Brexit


Confrontée à de sévères divisions au sein des Tories sur le dossier du Brexit, sur la sellette selon certains, la Première ministre britannique a réussi à restaurer son autorité en affichant sa fermeté face à Moscou dans le dossier de l'empoisonnement de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia le 4 mars à Salisbury (Sud-Ouest de l'Angleterre).
 

Theresa May quitte le 10 Downing street le 14 mars 2018 à Londres.
Photo : AFP/VNA/CVN


Elle s'est aussi assurée du soutien de ses alliés, obtenant la diffusion d'un communiqué commun avec Berlin, Paris et Washington et une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU. 

L'ombre du Brexit 

Theresa May va tenter de profiter de son allocution devant les délégués conservateurs réunis à Londres, pour tenter de faire oublier son calamiteux discours d'octobre. 

Ce congrès d'octobre était censé la relancer après les mauvais résultats des législatives mais avait été surtout marqué par ses quintes de toux, l'irruption d'un comédien lui présentant un formulaire de licenciement et même l'effondrement des lettres du slogan écrit derrière elle. 

Mais si l'affaire d'empoisonnement, digne de la Guerre froide, a uni le parti et détourné l'attention du Brexit, la Première ministre n'a pas fini de se débattre avec ce sujet. 

Elle est contrainte de jouer les équilibristes entre partisans d'une rupture franche avec l'Union européenne comme le ministre des Affaires étrangères Boris Johnson et défenseurs d'un maintien de relations fortes avec l'Union européenne comme le ministre des Finances Philip Hammond. 

Dans ce climat d'incertitude liée au Brexit, l'économie britannique devrait rester poussive dans les années à venir et la croissance prévue pour 2018 (1,5%) restera l'une des plus faibles des pays riches et marquera un ralentissement par rapport à 2017 (1,7%). 

Le Royaume-Uni est englué dans de difficiles discussions avec Bruxelles pour définir une période de transition après la sortie du pays de l'Union européenne prévue dans un an, et surtout les futures relations commerciales. 

Un sommet européen est prévu la semaine prochaine à Bruxelles, au cours duquel les 27 doivent adopter leur position sur le cadre de la relation post-Brexit avec le Royaume-Uni, notamment sur le plan commercial. 

Mardi 13 mars, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a demandé à Theresa May de "donner plus de clarté sur comment le Royaume-Uni voit sa future relation avec l'UE".
 

AFP/VNA/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Thi.bli, de l’amour de la céramique à l’amour du Vietnam

Dà Nang: des fresques murales en plein cœur de la ville La ville de Dà Nang propose depuis le mois d’avril une nouvelle destination pour ses visiteurs: la ruelle des fresques murales d’une longueur de 1,5 km, tout près de la rivière Hàn et du pont du dragon. En attendant une visite sur place, à vous de découvrir les premières images!