27/03/2019 18:10
Avec la fin programmée du gisement de gaz de Groningue au Pays-Bas, la France doit se convertir à un autre type de gaz d'ici dix ans, un chantier d'ampleur qui va concerner certains foyers dès le mois d'avril.

>>Le gouvernement en mode équilibriste sur l'avenir énergétique de la France
 


Aux Pays-Bas, le gouvernement avait annoncé en mars 2018 l'arrêt anticipé d'ici à 2030 de l'extraction de gaz à Groningue, le plus grand gisement de gaz naturel de l'Union européenne. Cela en raison des nombreux séismes que ces activités provoquent et qui ont endommagé des habitations.

Ce gaz est actuellement utilisé par 14 millions de foyers au total en Europe (Allemagne, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas), dont 1,3 million en France, concentrés dans la région des Hauts-de-France.

Mais, il est quelque peu différent de celui utilisé dans le reste du pays, qui pour sa part provient de mer du Nord, de Russie ou d'Algérie. Le gaz de Groningue possède en effet un pouvoir calorifique plus faible et une pression de distribution différente.

"La qualité du gaz de Groningue qui a été découvert et exploité dans les années 60 présentait des taux d'azote un peu plus élevés que le standard international", rappelle Edouard Sauvage, directeur général de GRDF, le réseau de distribution de gaz naturel en France.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le ravioli du village de Kênh, une saveur naturelle

Fête du temple Dô à Bac Ninh La fête du temple Dô a été inaugurée vendredi 19 avril à Dinh Bang, une commune rattachée à la province de Bac Ninh (Nord). Des dizaines de milliers de visiteurs et des délégations de descendants des Ly doivent y participer durant trois jours.