09/05/2020 07:00
Les Dao de la commune de Ta Phìn, district de Sìn Hô, province montagneuse de Lai Châu (Nord), se transmettent plusieurs artisanats depuis des générations tels que ciselure sur argent, tissage de brocatelles, forge…
>>À Tram Tâu, les forgerons H’mông entretiennent la flamme
>>Le village des forgerons de Da Sy

Grâce au savoir-faire des artisans forgerons, les outils agricoles comme couteaux, pelles, socs de charrue… sont tous réalisés à la main. En raison de la route d’accès difficile, les Dao descendent rarement de leurs montagnes pour aller aux marchés de plaine. Ils les produisent ainsi eux-mêmes pour à la fois réduire les coûts et servir le quotidien, tout en augmentant le revenu familial.

À 47 ans, Tân A Dao, du village de Ta Phìn, perpétue to ujours cet artisanat traditionnel. Selon lui, être forgeron demande une santé de fer, de l’ingéniosité, de la persévérance et de la créativité pour créer des objets artisanaux de qualité. "Chacun est le gardien du savoir-faire transmis par ses ancêtres", informe-t-il. Son four fonctionne au charbon de bois. En huit heures chaque jour,  l’artisan peut fabriquer 16 outils agricoles. La patience et la passion sont de rigueur pour ce travail qu’il pratique 15 à 17 jours par mois. Ce métier lui rapporte un revenu mensuel de 3 à 4 millions de dôngs.

"Le métier de forgeron existe chez les Dao depuis longtemps. Cependant, au fil des ans, cet artisanat est peu à peu délaissé. Il est donc primordial de prendre des mesures de soutien afin de préserver ce trésor culturel", partage Cheo Siêu Dùng, président du Comité populaire de la commune de Ta Phìn.

D’après lui, pour conserver et développer cet artisanat, la commune cherche à sensibiliser la population à son réapprentissage. Dans le même temps, il est nécessaire de mettre en avant cette tradition en intégrant la visite du village dans les circuits touristiques. Les visiteurs pourront à la fois découvrir des forges artisanales et acheter leurs produits. "Une initiative qui permettra d’augmenter les revenus des habitants et de préserver durablement ce métier", conclut-il.
 
Texte et photos : Viêt Hoàng/DTMN/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

La porte de la ville ouverte sur la mer Autrefois paisible bourgade, Vung Tàu, la porte d’entrée de l’estuaire menant à Hô Chi Minh-Ville, est devenue sous l’impulsion du commerce de la pêche et du tourisme une ville importante du Sud.