09/10/2017 11:41
Malgré une largeur d’à peine 4 mètres, la rue Gâm Câu (anciennement Rue Leblanc) dans le Vieux quartier de Hanoï, regorge de vendeurs, et de petites boutiques.
>>Les rues piétonnes : la culture traditionnelle dans la vie moderne
>>Hanoï : à la découverte des 36 rues et corporations

Les voûtes ont été scellées au ciment.

Le viaduc ferroviaire, qui s’étend sur 1,2 km, du carrefour de Phùng Hung - Trân Phú à la gare de Long Biên, en traversant les rues Phùng Hưng et Gâm Câu, avec une pente allant de zéro à six mètres, sous laquelle on compte 131 voûtes. Parmi elles, seules quatre voûtes sont dans leur état d’origine, et les autres sont scellées avec du ciment.

Les voûtes ont été construites de 1900 à 1902, à hauteur de 3,5 m à 4,5 m, et couvrent une superficie d’environ 16 mètres carrés. Le viaduc fait partie du pont historique Long Biên, qui supporte le rail reliant Hanoï à la ville portuaire de Hai Phòng.

Le pont, âgé de plus de 100 ans, qui a souffert des aléas du temps au fil de l’histoire, est considéré comme l’âme de la capitale vietnamienne. Cette structure en acier était là quand les troupes françaises ont quitté Hanoï, et lorsque les soldats vietnamiens sont venus la reprendre en 1954. Dans les années 1960, le pont est alors devenu un symbole de la résistance de Hanoï aux bombardements américains. Il était un lieu de passage pour transporter des passagers et des marchandises d’une rive à l’autre du fleuve Rouge.

Le viaduc fait partie du pont historique Long Biên, qui supporte le rail reliant Hanoï à la ville portuaire de Hai Phòng.

En 1971, de graves inondations ont eu lieu dans la région. Les résidents des zones de Phuc Xa, Phuc Tân et Chuong Duong ont dû évacuer le centre de la ville.  Les voûtes sous le viaduc sont à ce moment-là devenues leur abri.

Dans les années 1970, les locomotives diesel ont remplacé les anciennes locomotives à vapeur dans tous les réseaux ferroviaires modernes. Les voûtes sous le viaduc sont devenues un repère pour les mendiants et les toxicomanes.

C’est pourquoi, entre 1978 et 1983, 127 voûtes ont été scellées au ciment, d’une part pour renforcer le viaduc et d’autre part pour diminuer le nombre d’individus indésirables qui s’y étaient  regroupés. Seulement quatre voûtes ont été conservées dans leur état d’origine pour créer des allées publiques.

Aujourd’hui, les habitants utilisent l'espace devant les voûtes pour stationner leur véhicule ou exposer leurs marchandises (comme le thé vert ou d'autres produits alimentaires).

En 2003, deux architectes Trân Ngoc Hiêu et Lê Hông Minh ont remporté le troisième prix d’un concours d'architecture qui visait à mettre en valeur les coins charmants de Hanoï, avec leur projet "Gâm Câu Street Awakens". Leur idée était de faire de ces voûtes un espace artistique, des boutiques de souvenirs ou des commerçantes.

Texte et photo : Vân Du/CVN
(À suivre)

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand l’héritage architectural français au Vietnam se dévoile

Dà Nang vise neuf millions de touristes d'ici 2020 La ville de Dà Nang est devenue une destination populaire pour les touristes nationaux et étrangers ces dernières années. La ville a été honorée l'année dernière comme "la principale destination en Asie en termes de festivals et d'événement festifs", lors du gala du Prix mondial de Voyage - Asie & Australie.