28/06/2019 22:58
C’est avec un Donald Trump radouci qu’a débuté vendredi 28 juin le G20 d’Osaka, sans réduire sur le fond les fractures entre les grands dirigeants du monde, sur le commerce, le climat et le sens même de la mondialisation.

>>La Bourse de Paris moins optimiste
>>Wall Street finit en ordre dispersé, fébrile à l’approche du G20
>>Le prince héritier saoudien conduira la délégation du royaume au G20
 

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe (gauche) et le président américain Donald Trump discutent avant un déjeuner de travail au Sommet du G20 à Osaka, le 28 juin.
Photo: AFP/VNA/CVN


Coutumier de ce rôle de pompier pyromane, le président américain a multiplié les amabilités et déclarations conciliantes lors de ses premières réunions avec les 19 autres chefs d’État et de gouvernement réunis pour deux jours dans la grande ville côtière japonaise, alors qu’il en avait étrillé certains ces derniers jours.

Illustration vendredi 28 juin lors du tête-à-tête avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe, avant le début officiel des débats à 20.

"Nous allons discuter l’achat par le Japon de nombreux équipements militaires", s’est réjoui le milliardaire républicain, qui avait mercredi moqué publiquement la dépendance japonaise à l’égard de la protection militaire américaine.

Il a aussi vanté les "magnifiques usines" construites par les constructeurs automobiles japonais aux 
États-Unis. Shinzo Abe avait d’ailleurs préparé à l’intention de son invité un document recensant des investissements nippons sur le marché américain.

Même ton lors d’une rencontre avec le Premier ministre indien Narendra Modi, auquel Donald Trump avait reproché jeudi 27 juin des taxes douanières "inacceptables". "Nous allons continuer à bien nous entendre avec l’Inde", a au contraire affirmé le président américain vendredi 28 juin.

Sur l’Iran, l’un des grands sujets de crispation de ce G20, Donald Trump s’est aussi voulu apaisant. "Nous avons le temps" de résoudre les tensions, a-t-il dit, lui qui parlait encore il y a peu de "guerre" contre les Iraniens.

"Grande amie" 

Et Donald Trump n’a pas tari d’éloges pour Angela Merkel, "une grande amie" et une "femme fantastique", au début de leur rencontre vendredi 28 juin. Et ce deux jours après avoir qualifié l’Allemagne de partenaire "défaillant".

La chancelière allemande a été interrogée sur sa santé, après deux crises de tremblement en public en l’espace de quelques jours. Elle n’a pas souhaité répondre.

Angela Merkel, jusque là réputée infatigable lors des marathons diplomatiques, n’a pas modifié son programme.

La chancelière, qui s’apprête à quitter la scène internationale, symbolise peut-être plus que tout autre dirigeant à Osaka la volonté de coopération multilatérale qui avait conduit les leaders du G20 à se réunir pour la première fois il y a onze ans, en plein cataclysme financier.

La montée des populismes a sérieusement mis à mal cette ambition de gouvernance mondiale, en particulier sur le commerce et le climat.

Loin de tout format multilatéral, Donald Trump et le président chinois Xi Jinping auront ainsi entre les mains, lors de leur entretien prévue samedi, le sort de l’économie mondiale.

Washington menace de taxer bientôt la totalité des importations chinoises, ce qui serait certainement un point de non-retour dans le conflit commercial et technologique des deux géants. La plupart des analystes espèrent malgré tout une trêve à Osaka.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’empreinte de l’AUF en Asie-Pacifique après 25 ans

La fête des ethnies de la région du Nord-Ouest ouverte à Son La La 14e Fête culturelle des ethnies de la région du Nord-Ouest a débuté ce dimanche 18 août dans la ville de Son La, province éponyme (Nord-Ouest).