24/02/2020 18:06
La directrice du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, a affirmé dimanche 23 février que le coronavirus mettait "en péril" la reprise de l'économie mondiale lors d'une réunion du G20 à Ryad, qui s'est dit prêt à agir pour limiter les "risques" sur la croissance.

>>Le FMI s’attend à ce que l’économie chinoise revienne à la normale
>>En Arabie saoudite, l'ombre du coronavirus plane sur une réunion du G20
 

Photo prise le 23 février à Ryad lors d'une réunion des ministres des Finances et gouverneurs des banques centrales du G20. Photo : AFP/VNA/CVN


"Le virus COVID-19, une urgence sanitaire mondiale, a perturbé l'activité économique en Chine et pourrait mettre en péril la reprise", a déclaré la directrice du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, devant les ministres des Finances et gouverneurs des Banques centrales des 20 premières économies dans la capitale saoudienne.


En janvier le FMI avait prédit une croissance globale de 3,3% pour 2020, contre 2,9% en 2019. Lors du sommet à Ryad, Mme Georgieva a affirmé que l'impact du nouveau coronavirus sur la croissance serait d'environ 0,1 point.

"La reprise de l'économie prévue (...) est fragile", a ajouté la cheffe du FMI, citée dans un communiqué.

La croissance chinoise s'établirait à 5,6% en baisse de 0,4 point comparé aux estimations de janvier.

Le virus a fait 2.345 victimes en Chine, coupant les transports, perturbant les échanges commerciaux et attisant l'inquiétude des investisseurs, les entreprises étant obligées de suspendre leur activité.

"J'ai informé le G20 que, même en cas d'endiguement rapide du virus, la croissance en Chine et dans le reste du monde serait touchée", a déclaré Mme Georgieva.

"Le G20 est un forum important pour aider à mettre l'économie mondiale sur une base plus solide", a insisté la cheffe du FMI, exhortant les pays membres à coopérer pour contenir la propagation du virus.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Des maquettes miniatures reflètent les spécificités de la culture vietnamienne

Quand le tourisme sauve l’identité culturelle Pour les Co Tu de Hoà Vang, un district montagneux rattaché à la ville de Dà Nang (Centre), Dinh Van Nhu est un pionnier. Il a en effet été le tout premier habitant de cette ethnie minoritaire à transformer sa demeure en maison d’hôtes, un modèle d’hébergement chez l’habitant particulièrement prisé des touristes.