21/09/2016 22:05
Avec plus de 30.000 visiteurs, la 28 édition de la Biennale des antiquaires, qui s’est déroulé du 10 au 18 septembre à Paris, s’est imposée comme l’un des grands rendez-vous culturel et artistique de la rentrée en France, estiment les organisateurs dans un communiqué publié lundi 19 septembre.

>>Marseille accueillera la biennale d’art contemporain Manifesta en 2020
>>Beaux-arts contemporains cherchent marché désespérément
 

Capture d'écran du site d'informations de la Biennale des antiquaires.
Photo : BTC/CVN


Malgré le contexte "délicat" dans lequel s’est ouverte la Biennale, la foire a enregistré "de solides ventes confirmant ainsi le statut de Paris comme place majeure du marché international", selon le texte.

Pour renforcer sa puissance et sa légitimité sur la scène internationale, la Biennale devient annuelle à partir de 2017, annoncent les organisateurs.

La 28e édition de la Biennale des antiquaires a réuni 124 exposants provenant de 14 pays, soit une augmentation de près de 40% par rapport à l’édition 2014. De l’archéologie aux arts décoratifs du XXe siècle, de la joaillerie à l’ébénisterie, quelque 7.000 objets d’art sont présentés au public, aux collectionneurs et aux marchands d’art.

"Dans le contexte que nous connaissons, il était capital de montrer et de démontrer que la Biennale était en mesure de relever tous les défis et de prendre toutes les décisions nécessaires pour lui rendre son statut : celui de plus belle foire du monde", a déclaré Dominique Chevalier, président du Syndicat national des antiquaires.

La Biennale des antiquaires, créée en 1962 à l’initiative du Syndicat national des antiquaires, est une foire aux antiquités ayant lieu tous les deux ans au Grand Palais de Paris.

Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
À la découverte de la vannerie des Nùng à Cao Bang

La salangane, poule aux œufs d’or de Côn Dao Côn Dao, en Mer Orientale, est un des fiefs des salanganes, ces sortes d’hirondelles marines qui produisent un nid de salive. Une denrée difficile à récolter qui se négocie à prix d’or en Asie.