29/08/2018 09:07
Faute d'avancées environnementales suffisantes à ses yeux, l'imprévisible Nicolas Hulot quitte son poste de ministre de la Transition écologique après un peu plus d'un an, une annonce surprise qui porte un coup à l'exécutif en chasse d'un remplaçant.
>>Guadeloupe: Hulot annonce un plan contre les sargasses
>>Nucléaire : Nicolas Hulot ne veut "pas brutaliser EDF"

Nicolas Hulot sort de l'Élysée le 22 août. Photo: AFP/VNA/CVN

"Nous faisons des petits pas, et la France en fait beaucoup plus que d'autres pays, mais est-ce que les petits pas suffisent... la réponse, elle est non", a-t-il considéré, prenant de court ses intervieweurs et avec eux toute la classe politique.

"Je prends la décision de quitter le gouvernement", a déclaré Nicolas Hulot en direct sur France Inter, se sentant "tout seul à la manœuvre" sur les enjeux environnementaux au sein du gouvernement.

Alors qu'Emmanuel Macron est en déplacement à l'étranger jusqu'à jeudi 30 août, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé qu'il lui ferait "dans les jours qui viennent" des propositions sur un remaniement.

Qui pour remplacer l'un des ministres les plus populaires? Quelques noms circulaient mardi 28 août: son secrétaire d'État Sébastien Lecornu, le président de l'Assemblée nationale François de Rugy, le patron du WWF France Pascal Canfin.

Si le calendrier de l'annonce de Nicolas Hulot a surpris - beaucoup pensaient qu'il attendrait les arbitrages sur la future feuille de route énergétique avant de trancher - , son départ semblait inévitable. Pratiquement dès sa nomination, des écologistes doutaient de sa marge de manœuvre et craignaient que celui qui avait dit non à tous les prédécesseurs d'Emmanuel Macron ne soit qu'une "caution verte" du gouvernement.

"Je me surprends tous les jours à me résigner, à m'accommoder de petits pas", a noté l'ex-présentateur d'"Ushuaïa", espérant que sa démission provoquerait un "sursaut". Nicolas Hulot n'avait prévenu ni le Président ni le Premier ministre, par crainte qu'ils ne le dissuadent "une fois encore" de partir.

Nommé pour la première fois ministre en mai 2017, après avoir renoncé à une candidature à la présidentielle un an plus tôt, Nicolas Hulot avait dû avaler bien des décisions contraires à ses convictions, malgré certaines victoires symboliques comme l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Il avait notamment dû endosser le report de l'objectif de ramener la part du nucléaire dans la production d'électricité à 50% en 2025.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Remise des prix du Concours "Jeunes Reporters Francophones - Vietnam 2018"

Rough Guides suggère des destinations à Hô Chi Minh-Ville Rough Guides, l'un des guides de voyage les plus réputés au monde, vient de partager des expériences passionnantes vécues à Hô Chi Minh-Ville.