06/02/2019 17:30
La rue Hàng Buôm (rue des Voiles, dans l’arrondissement de Hoàn Kiêm, à Hanoï), est actuellement toujours animée dans ce quartier surnommé le "quartier des Occidentaux".
>>Bientôt le 4e Festival national du ca trù dans la province de Hà Tinh
>>Le hat cua dinh renaît de ses cendres
>>"L’âme du village vietnamien", un hommage à la musique traditionnelle
>>Pour le meilleur et pour la préservation du ca trù à Hanoï

Une représentation de ca trù devant les touristes étrangers. Photo: BM/CVN

Au milieu de la rue se trouve le temple Bach Ma, où le Club de ca trù Thang Long donne souvent des représentations de ca trù (chant des courtisanes),  classé par l’UNESCO patrimoine culturel de l’humanité. Chaque soirée, une dizaine de spectateurs, pour la plupart des étrangers, viennent écouter cette forme de poésie chantée. Non seulement les artistes chantent, mais également ils expliquent, présentent cet art et les invitent à essayer de jouer des claquettes ou de la musique.

Ces jeunes chanteuses se produisent chaque semaine au temple Bach Ma. Dans le climat calme du temple ancien, les airs et chants du "ca trù" semblent ramener la capitale aux premières années du siècle dernier.

Cette scène, différente des théâtres traditionnels, est destinée pour la plupart à de jeunes chanteuses de la troisième génération d'artistes bien connus depuis le début du XXe siècle.

Selon l’artiste Pham Thi Huê, directrice du Club de ca trù Thang Long, les spectateurs étrangers désirent toujours découvrir les techniques respiratoires très typiques du ca trù. En outre, il n’y a pas de distance entre les chanteuses et les spectateurs, cela crée une véritable proximité.

La raison pour laquelle le Club de ca trù Thang Long donne depuis plusieurs années des représentations dans l’enceinte du vieux quartier de Hanoï. L'existence d’un art populaire traditionnel dans la ville moderne représente la forte vitalité de la culture populaire au sein de la société contemporaine.

"Je passe ici, je vous vois préparer une représentation traditionnelle, il me semble qu’il est bien difficile d'en voir en ce moment, alors je dois y assister", confie Taki Mamiko, un touriste japonais. Et selon un autre touriste japonais, Santo Toku, "c'est un espace de représentation merveilleux".

Le ca trù est une forme complexe de poésie chantée que l’on trouve dans le Nord du Vietnam et qui utilise des paroles écrites selon des formes poétiques vietnamiennes traditionnelles.

Les groupes de ca trù sont composés de trois personnes: une chanteuse qui utilise des techniques respiratoires et le vibrato pour produire des ornementations sonores uniques, tout en jouant des claquettes ou en frappant sur une boîte en bois; et deux instrumentistes qui l’accompagnent avec la sonorité profonde d’un luth à trois cordes et le rythme énergique d’un tambour d’éloge. Certaines représentations de ca trù comprennent également des danses.

Les diverses formes de ca trù remplissent des fonctions sociales différentes: on distingue notamment les chants de dévotion, les chants de divertissement, les chants interprétés dans les palais royaux et ceux interprétés lors des concours de chant.

NDEL/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Université de Hanoï: succès du projet de démarche-qualité

Les touristes belges de plus en plus intéressés par le Vietnam Le Vietnam a participé au Salon du tourisme de Bruxelles, tenu du 7 au 10 février dernier, avec de nombreuses promotions uniques et attrayantes soutenues par l’ambassade du Vietnam en Belgique et Vietnam Airlines.