04/12/2020 22:27
Le marché des calendriers du Nouvel An lunaire de 2021 est moins animé par rapport aux années précédentes, avec une chute des prix moyens de 10% à 30%, voire 50%, à cause de l’épidémie de COVID-19.
>>Calendriers du Têt 2019 : les traditions nationales à l’honneur
>>Diversification des modèles et contenus des calendriers du Têt 2019

Des calendriers vendus dans une librairie à Hô Chi Minh-Ville.
Photo : Hô Son/CVN

Actuellement, un calendrier peut coûter entre 45.000 et 550.000 dôngs en fonction du modèle et du format. En particulier, les versions haut de gamme, pouvant coûter jusqu’à 750.000 dôngs, sont absentes du marché, après une chute de la demande causée par le COVID-19.

Malgré une réduction importante des prix, les ventes de calendriers restent pour l’instant encore modestes.

"Suite aux fluctuations des prix du papier, les unités productrices sont très prudentes dans leur production, afin de faire face aux impacts du COVID-19. Cette année, nous imprimons seulement 50% de la quantité produite l’année dernière. La prochaine production dépendra de la demande réelle du marché" a expliqué Lan Phuong, une représentante de l'entreprise de publication An Hao.

Selon Nguyên Van Minh, responsable du Département de la publication, de l’impression et de la distribution, à la fin novembre, plus de 14,1 millions d'exemplaires de calendriers étaient enregistrés pour une publication, soit une augmentation de 300.000 articles par rapport à la même période de l’année dernière. Mais, jusqu'à présent, les maisons d’édition et leurs partenaires n’ont complété qu’un tiers de leurs objectifs. "Ils observent la demande du marché pour vraiment prendre une décision quant au volume à produire", a-t-il commenté.

"Cette année, ma société a réduit 70% de sa production et les impressions en petite quantité sont très appréciées, en fonction des besoins du marché. Malgré une hausse des dépenses pour le papier et d’autres matières premières, la société maintient le même prix de vente que l’année dernière" a affirmé Kiêu Minh Phung, présidente-directrice générale adjointe de la société par actions de la culture Van Lang.

Selon elle, on constate actuellement une réduction de 5% à 10% de l’offre des entreprises et sociétés du secteur pour les calendriers du Têt 2021. Toutefois, le marché de vente de détail devrait être plus animé à partir de la mi-décembre grâce aux commandes des clients individuels. Car, pour tant de Vietnamiens, l’achat d’un calendrier du Têt est un loisir, bien plus qu’un besoin de connaître les jours et les mois lunaires.

Malgré les impacts du COVID-19, les publieurs ont beaucoup investi cette année dans les contenus et le design artistique pour créer des produits particuliers, diversifiés et touchants, tout en valorisant des éléments traditionnels.

Pour le Têt 2021, l’entreprise Phuong Nam présente aux clients de nombreux modèles très bien choisis. On peut citer les grandes formats intitulés "Les villages artisanaux du Vietnam" avec les croquis à l'aquarelle aux couleurs claires et fraîches et "Le Vietnam, le pays que j'aime" montrant un pays riche en ressources naturelles.

Pour sa part, la société par actions de la culture Van Lang lance de nombreuses collections uniques et créatives de calendriers avec les thèmes de vie quotidienne. En particulier, "Chance - Succès" et "Vietnam, mon pays natal" représentent de nombreuses leçons précieuses sur le succès et la chance dans la vie et ainsi la beauté du pays et du peuple vietnamien.

Nguyên Tùng/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Hông Mi, l'alcool qui fait la fierté de Bac Hà

COVID-19 : la stratégie de Hanoï pour relancer le tourisme en 2021 Comment sauver le tourisme suite à la crise sanitaire ? Hanoï et ses acteurs touristiques ont déjà préparé un plan de relance pour 2021. Le cap est clairement fixé : le marché intérieur !