11/08/2018 19:54
Pas d'émeutes de la faim à craindre: les experts consultés par l'AFP sont formels, la sécurité alimentaire mondiale n'est pas menacée comme en 2007-2008 ou en 2012 par la flambée des prix du blé due à la sécheresse qui grille les récoltes de céréales cet été en Europe comme en Australie.
>>La production céréalière mondiale enregistre un nouveau record
>>Les prix alimentaires ont baissé en décembre
>>La FAO s'inquiète de la hausse de la facture des importations alimentaires

Des épis de blé brûlés par le soleil dans un champ près de Magdeburg (Allemagne), le 26 juillet.
Photo: AFP/VNA/CVN

Alors que les cours du blé, produit vital et céréale hautement géostratégique, ont touché les 219 euros la tonne sur le marché à terme européen cette semaine, un pic inégalé depuis plus de quatre ans, Nasser Mahamane, économiste à l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) à Rome, est serein.

"Le monde sort de plus de quatre années de très bonne production de blé et les indicateurs ne sont pas alarmants, car on dispose de suffisamment de produits pour nourrir la planète", explique-t-il lors d'un entretien téléphonique.

Il a bien observé "les changements" sur les marchés du blé, qui ont gagné 17% entre le 11 juillet et le 10 août, ainsi que les prévisions de récolte à la baisse en Europe et en Australie, principaux pays exportateurs avec les États-Unis et le Canada, qui ont affolé les opérateurs. Mais il n'est "pas inquiet".

À l'automne 2007, lorsque la flambée des prix des produits alimentaires de première nécessité avait provoqué des troubles sociaux et des violences dans de nombreux pays d'Afrique, d'Asie et du Moyen Orient qui dépendent de l'importation de blé, "notre indice compilant les prix réels des céréales avait grimpé à 232 dollars, or aujourd'hui il n'est qu'à 160,9 dollars", dit-il.

Principale différence, la taille des stocks mondiaux de céréales est très élevée alors qu'ils étaient à un faible niveau en 2007-2008, ajoute Peter Thoenes, également économiste à la FAO à Rome. "Le début de la saison a commencé sur des stocks très élevés", souligne-t-il.

Début juillet, les stocks de blé disponibles permettaient de nourrir la planète "pendant quatre mois et demi", alors qu'ils ne représentaient que "deux mois et demi de consommation" en janvier 2007, selon les calculs d'Arnaud Saulais, analyste chez Starsuppply commodity Brokers à Nyon en Suisse.

"Mauvais souvenirs" 

Autre différence, les pays importateurs de céréales et les pays exportateurs se parlent. Les marchés et la FAO ont "beaucoup appris" des crises passées, assure Peter Thoenes.

Des fermiers afghans fauchent un champ de blé dans la province de Ghazni (Centre de l'Afghanistan), le 17 juillet.
Photo: AFP/VNA/CVN

Avec l'initiative "Amis" lancée par la FAO sur recommandation du G20 et de dix autres organisations intergouvernementales, les pays importateurs et exportateurs sont désormais "autour d'une même table" pour partager leurs prévisions de récolte et réagir ensemble, rappelle-t-il.

N'empêche. Début août, les cours du blé se sont "brutalement" emballés lorsque le marché a cru une rumeur - démentie par la suite - selon laquelle l'Ukraine, l'un des principaux pays exportateurs de blé, allait limiter ses exportations, dit M. Saulais, pour qui "cela rappelle de mauvais souvenirs".

En 2012, alors que les mauvaises récoltes attisaient les révoltes sociales des Printemps arabes autour de la Méditerranée, les cours du blé avaient brusquement explosé après la fermeture par la Russie de ses exportations, handicapant encore plus les pays dépendant principalement de l'importation, comme le Sénégal, la Mauritanie, le Maroc ou d'autres.

Prenant en compte les effets de la sécheresse en juillet, le ministère américain de l'agriculture a confirmé les anticipations du marché en révisant fortement à la baisse vendredi 10 août ses prévisions de production de blé en Europe pour 2018.

L'UE devrait produire 137,50 millions de tonnes de blé en 2018 au lieu de 145 Mt estimé il y a tout juste un mois.

Rien que pour l'Allemagne, grillée par la sécheresse cet été, la récolte attendue de céréales devrait tomber à son plus bas niveau depuis 1994, selon des chiffres des coopératives agricoles qui ont nourri l'effervescence des marchés. La banque Commerzbank souligne que pour la première fois depuis longtemps l'Allemagne, va devenir importateur net de céréales cette année.

Sur un marché qui "retrouve l'univers des années tendues", après quatre ans de prospérité, une autre inquiétude émerge: "plus de la moitié du stock mondial de blé est en Chine, donc non disponible", relève Sébastien Poncelet, spécialiste des blés et grains au cabinet Agritel à Paris.

En deux décennies, la Chine pour qui les stocks de blé sont stratégiques, est en effet parvenue à sortir 140 millions de personnes de la faim, explique le chercheur Sebastien Abis dans son ouvrage récent Géopolitique du blé (Armand Colin).

Peter Thoenes de la FAO balaye ces inquiétudes. Même hors Chine, les stocks mondiaux de blé disponibles restent plus élevés qu'ils ne l'étaient en 2007, dit-il.

Selon le calcul d'un analyste requérant l'anonymat, hors Chine, les stocks mondiaux de blé en juillet représentaient en effet 23,5% de la consommation mondiale, contre seulement 17% en 2007.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.