14/02/2020 13:07
Après 14 jours d'isolement dans un centre de vacances de Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône), destinés à s'assurer qu'ils n'étaient pas infectés par le nouveau coronavirus, les 181 premiers rapatriés de Wuhan en France doivent sortir de quarantaine vendredi 14 février.
>>Le bilan explose en Chine, les États-Unis prennent leurs distances
>>Virus : le bilan explose en Chine après un changement de calcul, des têtes tombent
>>Xi Jinping voit "une évolution positive", l'OMS prudente

Le centre Vacanciel à Carry-le-Rouet, près de Marseille, le 1er février.
Photo : AFP/VNA/CVN

À ce jour, les autorités n'ont fait état d'aucune contamination à l'épidémie de Covid-19 parmi ces personnes placées en quarantaine après avoir quitté la ville de Wuhan (Centre de la Chine), épicentre de l'épidémie. La ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé jeudi soir 13 février qu'elle se rendrait sur place vendredi midi 14 février. "Ils vont avoir très, très envie de partir très, très vite, donc je vais simplement les saluer. J'y vais surtout pour rencontrer toutes les équipes qui ont pris soin d'eux pendant deux semaines", a-t-elle indiqué lors d'une conférence de presse à Paris.

La journée de jeudi devait être consacrée aux valises, qui doivent être bouclées le soir pour de premiers départs tôt vendredi, leur ont annoncé les autorités. Ils peuvent organiser leur départ vendredi 14 février par leurs propres moyens, par exemple si des proches viennent les chercher, ou utiliser les navettes mises à disposition par les autorités pour rejoindre gare ou aéroport.

À l'approche du départ, de nombreuses personnes jonglaient entre les horaires d'avions et de trains, tandis que certaines n'avaient encore pas d'idée très précise de ce qu'elles allaient faire une fois dehors, a constaté un des trois journalistes de l'AFP en quarantaine dans le centre, où le port du masque est obligatoire dans les parties communes.

Ces 181 personnes, en grande majorité des Français, dont une partie avec leurs conjoints, avaient atterri le 31 janvier à l'aéroport militaire d'Istres, et avaient été transférés en bus jusqu'à ce centre de vacances de la Côte Bleue, à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Marseille. Après leur départ, 157 autres personnes resteront en quarantaine : 44 à Carry-le-Rouet et 113 à Aix-en-Provence, dans les locaux de l'École nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers (Ensosp).

Une partie est arrivée à bord d'un deuxième vol, le 2 février, et leur quarantaine doit se terminer dimanche. Les 35 personnes qui sont arrivées à bord d'un troisième vol, le 9 février, via Londres, devront a priori patienter jusqu'au 23 février.

L'adoption par les autorités d'une nouvelle définition des cas d'infection a fait bondir jeudi le bilan humain de l'épidémie en Chine à près de 60.000 cas confirmés et au moins 1.355 morts. En dehors de la Chine, y compris dans les régions autonomes de Macao et de Hong Kong, près de 500 cas de contamination et deux morts ont été confirmées dans une trentaine de pays et territoires.

AFP/VNA/CVN



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
D Free Book et son message de partage des connaissances

Les touristes européens affluent toujours au Vietnam Si l’épidémie de COVID-19 a un impact négatif sur l'industrie du tourisme, le nombre de visiteurs européens au Vietnam reste relativement stable.