22/06/2014 15:17
Le volcan du Piton de la Fournaise à la Réunion a cessé d’émettre de la lave, moins de 24 heures après être entré en éruption, a indiqué dimanche 22 juin l’Observatoire volcanologique de la Réunion.
>>Eruption d'un volcan en Indonésie : 7.000 personnes déplacées

Flots de lave sur le volcan du Piton de la Fournaise à la Réunion, le samedi 21 juin. Photo : AFP/VNA/CVN


«Nous observons un arrêt du tremor, ce signal qui est le moteur de l’éruption et qui indique la montée de la lave», a déclaré le directeur de l’Observatoire Nicolas Villeneuve. «Depuis hier soir (samedi 21 juin) nous n’observons plus d’arrivée de gaz en surface. L’éruption est terminée au sens géophysique», a-t-il ajouté.
 
Après quatre ans de sommeil, le Piton de la Fournaise était entré en éruption samedi 21 juin à 01h35 du matin. Une seule fissure avait été observée à 2.000 mètres d’altitude sur le flanc sud-sud-est du Dolomieu, le principal cratère du volcan. De petites fontaines de laves d’une vingtaine de mètres de hauteur alimentaient une coulée de lave se séparant en deux bras, s’étirait sur quelques centaines de mètres.

La dernière éruption du Piton de la Fournaise remontait à décembre 2010 et n’avait duré que quelques jours. En 2007, une éruption de grande ampleur baptisée «l’éruption du siècle» avait projeté plus de 200 millions de mètres cube de lave en surface et entraîné l’évacuation du petit village du Tremblet (sud-est) de l’île. Les flancs du cratère Dolomieu s’étaient effondrés sur une hauteur de 300 m.

Le volcan de la Réunion est l’un des plus actifs au monde et entre en moyenne en éruption tous les huit mois depuis 1640, selon l’Observatoire. La période d’inactivité de ces dernières années n’est toutefois pas exceptionnelle, ayant déjà été observée entre 1972 et 1977, et 1992 et 1998.

AFP/VNA/CVN
 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Châu Dôc: Vers la diversification des offres touristiques La ville de Châu Dôc, dans la province d’An Giang (Sud) bénéficie de conditions naturelles favorables au développement des services. Elle se focalise actuellement sur l’enrichissement de l’offre touristique, notamment sur le plan spirituel et culturel, en invitant des investisseurs à s’y intéresser pour développer infrastructures routières, lieu de résidence... en vue d’accueillir de plus en plus de pèlerins sur cette terre sacrée.