31/01/2019 23:14
Le marché mondial des transferts dans le football a dépassé pour la première fois en 2018 la barre des 7 milliards de dollars (6,1 mds d'euros), l'Europe représentant à elle seule 78,2% de ces dépenses, a annoncé mercredi 30 janvier la FIFA.

>>Mercato d'hiver en L1: agité ou calme?
>>La Fifa entérine les principes d'une réforme du marché des transferts
 

Un ballon de foot.
Photo: AFP/VNA/CVN


Au total, en 2018, 16.533 transferts ont été enregistrés, concernant 14.186 joueurs de  75 différentes nationalités, pour un montant total de 7,03 mds de dollars, a détaillé la FIFA qui enregistre tous les transferts via sa base Transfer matching system (TMS). Les dépenses de transferts ont progressé de 10,3% en 2018 par rapport à 2017.


Seuls 31 clubs ont dépensé plus de 50 millions de dollars mais ils représentent à eux seuls plus de la moitié des dépenses totales. Les clubs de la confédération européenne (UEFA) représentent 78,2% de ces dépenses globales, a précisé la FIFA.

En termes de balance recettes/dépenses issues des transferts, la France présente le bilan le plus positif avec 467,2 millions de dollars de revenus issus des transferts tandis que l'Angleterre présente la balance négative la plus lourde (- 1,05 milliard de dollars ).


Pour la première fois en 2018, les clubs devaient également fournir à la base TMS les transferts de joueuses. Au total, 696 transferts ont été enregistrés, entre des clubs de 74 fédérations. Ils ont concerné 614 joueuses de 72 nationalités et ont atteint au total la somme modeste de 564.000 dollars (493.000 euros), ce qui fait dire à la FIFA que "le marché des joueuses professionnelles n'en est qu'à ses débuts".

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’enseignement de français aux écoles supérieures au Vietnam

À la recherche d'une stratégie pour optimiser les potentiels touristiques Une stratégie visant à développer un tourisme adapté au changement climatique dans le delta du Mékong est en cours d'élaboration, dans le but d'exploiter pleinement le potentiel local.