02/03/2019 21:15
Les films burkinabè "Duga" et "Desrances", et le film ivoirien "Résolution" ont été les principaux vainqueurs des prix spéciaux décernés vendredi 1er mars au 26e Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), remportant chacun deux trophées.
>>Cinéma: le Fespaco s'ouvre sous tension pour son cinquantenaire
>>Fespaco : en crise, le cinéma ouest-africain cherche sa voie
>>Fespaco : le film Félicité d'Alain Gomis remporte l'Étalon d'or
>>Vingt films en compétition pour le grand prix du Fespaco
>>Fespaco : Pégase, du Marocain Mohamed Mouftakir, remporte l'Étalon d'or

La réalisatrice burkinabè Apolline Traoré (droite) et l'acteur haïtien Jimmy Jean-Louis, le 26 février 2019 au Fespaco, à Ouagadougou. 
Photo: AFP/VNA/CVN

"Duga" (les charognards), d'Abdoulaye Dao et Hervé Eric Lengani, une acerbe critique sociale à travers l'histoire d'un cadavre que personne ne veut enterrer, a remporté le prix Signis de l'association catholique mondiale pour la communication (qui décerne également des prix à Cannes et à Venise) ainsi que le prix de l'Uemoa (Union économique et monétaire ouest-africaine).

"C'est un immense honneur. Et pour la promotion du film à l'international, ces prix pourront beaucoup nous aider", a déclaré Hervé Eric Lengani.

"Desrances" de l'enfant du pays Apolline Traoré a été récompensé des prix de l'Assemblée Nationale et de la Ville de Ouagadougou, suscitant des acclamations dans la salle bondée.

Plaidoyer pour les femmes, "Desrances" met en lumière le courage et la sagesse des femmes face à la folie des hommes, dans une fiction située pendant la tragique crise post-électorale ivoirienne de 2010-11.

"C'est le public qui vous fait et qui vous défait. Voilà une première victoire. On a fait le meilleur film qu'on pouvait, ce sera au jury de décider", a réagi Apolline Traoré, en référence à la cérémonie finale de remise des prix du festival samedi 2 mars, au cours de laquelle sera décerné l'Etalon d'Or de Yennenga, la "palme d'or" du Fespaco.

"Résolution", de Boris Oué et Marcel Sangne, a reçu le prix de la Cedeao et le prix Félix Houphouët-Boigny, également sous les acclamations du public.

L'histoire du film, qui raconte la vie d'une femme battue par son mari, est entrée en résonance avec l'actualité du festival, où des femmes cinéastes ont dénoncé le harcèlement et les agressions sexuelles dont elles ont été victimes dans le cinéma africain.

"Fatwa", du Tunisien Ben Mohmound, l'histoire d'un père qui découvre que son fils décédé militait au sein d’un groupe islamiste radical, a reçu le prix de l'Union africaine, et une mention spéciale Signis.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le ravioli du village de Kênh, une saveur naturelle

Le delta du Mékong laboure le sillon de l’agrotourisme Depuis quelques années, de nouvelles formes de tourisme qui mettent un accent particulier sur le vécu authentique de la nature et de la culture s’implantent à leur rythme dans le delta du Mékong, grenier de riz du Vietnam. Les offres se sont multipliées autour du thème de l’agriculture mais cette dynamique est loin d’atteindre sa maturité.