31/08/2020 10:12
Le bras de fer se durcit entre le FC Barcelone et Lionel Messi, qui a boycotté la séance de dépistage du COVID auquel devaient se soumettre les joueurs du club catalan dimanche 30 août.
>>"Qu'est-ce qu'on fait maintenant ?" : les Barcelonais assommés par l'annonce de Messi
>>Messi veut quitter le Barça, séisme sur la planète foot

Fiche sur le joueur de football argentin Lionel Messi qui souhaite "unilatéralement" résilier son contrat avec le FC Barcelone. Photo : AFP/VNA/CVN

Confirmé à l'AFP par des sources proches du club, le "no show" précipite un peu plus le divorce entre la légende argentine et son club de toujours qu'il entend quitter.

Le reste de l'effectif a répondu présent, y compris son ami Luis Suarez, également donné partant, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Le N°10 et capitaine blaugrana a annoncé aux dirigeants mardi qu'il souhaitait rompre son contrat avec le club.

Il y avait débarqué à l'âge de 13 ans pour en devenir le plus grand joueur de son histoire, remportant quatre Ligues des Champions et dix championnats d'Espagne.

"Pour le capitaine barcelonais, comme il l'a communiqué dans le courrier de mardi dernier, son engagement avec le FC Barcelone est terminé" et il se considère libéré de toute "obligation de se présenter aux examens" ou "aux entraînements", résume Marca.

"Il ne fait plus partie de la famille blaugrana. Il a mis fin à une aventure qui aura duré 20 ans", poursuit le journal le plus vendu d'Espagne, sur son site.

"Plus d'huile sur le feu" 

Un garçon avec le maillot de Lionel Messi attend le 30 août devant le centre d'entraînement du FC Barcelone où les joueurs devaient venir pour un dépistage du COVID. Photo : AFP/VNA/CVN

Lassé par une saison cauchemar, entre résultats sportifs décevants et scandales à répétition, Messi a communiqué mardi 25 août par Burofax (un type de courrier recommandé qui a valeur de preuve devant la justice) qu'il souhaitait "unilatéralement" mettre fin à son contrat.

L'Argentin souhaite en activer la clause N°24, qui lui permet de partir librement chaque été... à condition de l'invoquer avant le 10 juin.

Mais devant le caractère atypique de cette saison interrompue par la pandémie entre mars et juin, le clan Messi considère que cette clause est toujours valide.

Messi ne se considère donc plus comme membre de l'effectif du nouveau coach Ronald Koeman (nommé le 19 août), dont il devrait sans nul doute bouder la première séance d'entraînement lundi 31 août. Son absence n'a pas surpris en Espagne.

"Il ne se présente pas", titrait dimanche 30 août le quotidien sportif catalan Mundo Deportivo, lettres blanches sur fond noir, avec une grande photo de "Leo" Messi seul dans un Camp Nou vide.

"En rébellion", affichait Marca ; "Plus d'huile sur le feu" résume L'Esportiu.

Et la prochaine étape ? 

Pourtant, malgré cette posture rigide, d'après la presse espagnole, Messi aimerait éviter une sortie par la petite porte et un conflit trop violent.

Il souhaiterait négocier les termes de son départ avec la direction pour partir avec les honneurs dus à la légende qu'il est et restera au Barça.

Le président Josep Maria Bartomeu s'est dit prêt à mettre sa démission dans la balance si Messi s'engageait publiquement à rester, selon la presse.

Mais Bartomeu a prévenu que si le club devait négocier, ce ne serait que pour parler de la prolongation de la star argentine, par pour parler de son départ, ont rapporté les médias spécialisés catalans.

Le Barça semble également avoir intérêt à ce que la situation ne s'envenime pas, car la bataille juridique sur la clause N°24 pourrait durer des mois.

Des mois durant lesquels Lionel Messi risquerait de se retrouver bloqué à Barcelone, tant que le club ne sera pas prêt à négocier une baisse de son astronomique clause de libération de 700 millions d'euros en attendant, peut-être un transfert.

Peu de clubs ont les moyens financiers et l'ambition sportive suffisante pour attirer Messi, dont le salaire actuel est estimé à 60 millions d'euros brut par le magazine Forbes, 100 millions avec les primes.

Entraîné par l'ancien blaugrana Pep Guardiola, Manchester City est donné favori.

Le Paris SG et l'Inter Milan sont également cités comme destinations possibles.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Gâteau phu thê, une friandise rustique irrésistible

Relance du tourisme à Hanoï La pandémie de COVID-19 est considérée comme contrôlée au Vietnam, en particulier à Hanoï. Ainsi, le tourisme dans la capitale veut saisir l’opportunité de se relancer à toute vitesse en promouvant ses nombreuses activités touristiques et en veillant à la sécurité sanitaire de la ville.