20/02/2019 18:54
Le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc a fixé l'objectif de faire du Vietnam l’une des 15 puissances agricoles et l’un des 10 plus grands transformateurs agricoles du monde d’ici 10 ans.
La transformation de noix de cajou. Photo: VNA/CVN

En 2018, le secteur agricole du Vietnam a réalisé de grands progrès, avec plus de 40 milliards de dollars d’exportation. Il convient de mentionner que, même si le volume d’exportation n’a pas augmenté, la valeur des produits a cru considérablement.

Les produits agricoles vietnamiens sont présents dans près de 200 pays et territoires à travers le monde. La restructuration de l'agriculture dans la bonne direction au cours de l'année écoulée a permis de créer des milliers de chaînes de lien entre production, transformation et consommation.

Des données montrent que les usines de transformation modernes peuvent permettre de traiter tous les produits des agriculteurs et d’optimiser les produits agricoles de 50 à 80%. Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Nguyên Xuân Cuong, a affirmé que le développement d'usines de transformation de produits agricoles devait constituer une avancée décisive pour que les agriculteurs puissent vivre et s'enrichir.

Avec 2 millions d'hectares, les agriculteurs produisent annuellement environ 26 millions de tonnes de légumes et fruits. Cependant, le volume transformé n’est que d’environ un million de tonnes, les 25 millions restants doivent être vendus frais ou exportés bruts.

Avec l'investissement dans les usines de traitement, le taux de produits agricoles transformés pourra augmenter rapidement dans les deux années à venir. À noter que les usines construites ont décidé de former une chaîne fermée allant de la production, de l'élevage à la transformation, à l'exportation, permettant aux agriculteurs d’augmenter leurs revenus et d’améliorer la valeur des produits.

Avec ses avantages pédoclimatiques, si le Vietnam construit environ 200 usines de traitement d’une capacité de 50.000 à 150.000 tonnes par an d’ici 2030, le chiffre d’affaires des fruits et légumes exportés pourrait annuellement atteindre 15 milliards de dollars. Le problème est d’avoir une véritable politique d’investissement pour promouvoir ce secteur.

Il est nécessaire de changer radicalement de stratégie industrielle, ce qui signifie que les services et l’industrie doivent s’articuler autour de l’agriculture, en s’appuyant sur cette force pour élever le pays. Selon de nombreux experts, avec une forte détermination de changer et une volonté d'agir, 10 ans sera le temps suffisant pour que le Vietnam  devienne un centre mondial de transformation de produits agricoles. 
 
CPV/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’enseignement de français aux écoles supérieures au Vietnam