26/03/2020 09:05
Après avoir tout fait pour l'éviter, les autorités iraniennes semblent mercredi 25 mars se résigner à devoir imposer des mesures de type quarantaine ou confinement pour tenter d'enrayer la progression de l'épidémie de COVID-19.
>>Iran : Plus de 1.550 morts, le président entrevoit du mieux
>>Coronavirus : plus de 1.000 morts en Iran, qui défend ses choix
>>L'Iran exhorte les forces américaines à quitter la région

Photo fournie par la présidence iraniennes le 25 mars montrant le président Hassan Rohani durant un conseil des ministres à Téhéran.
Photo : AFP/VNA/CVN

Avec plus de 2.000 décès dus à la maladie et un nombre de contaminations qui ne cesse de grimper, s'approchant désormais des 30.000 cas, selon les chiffres officiels, l'Iran est un des pays les plus frappés par la pandémie, avec l'Espagne, l'Italie et la Chine. Le gouvernement avait jusqu'ici refusé d'imposer des mesures de confinement ou de quarantaine, comme l'on fait de nombreux autres pays, disant craindre que cela n'entraîne un désastre pour l'économie nationale, déjà extrêmement fragilisée par les sanctions américaines.

"La quarantaine, c'était quelque chose qu'on faisait avant la Première Guerre mondiale, à l'ère du choléra et de la peste. Les Chinois eux-mêmes n'en sont pas très satisfaits", avait même déclaré le 24 février un vice-ministre de la Santé, Iraj Harirchi, vingt-quatre heures avant l'annonce de sa propre contamination par le virus. Au lieu de cela, les autorités ont exhorté les habitants à rester chez eux "autant que possible", jurant qu'il n'y avait nul besoin d'en arriver au point de certains pays européens prenant des mesures de police pour interdire aux gens de bouger.

Changement de cap mercredi 25 mars. Le matin, en conseil des ministres, le président Hassan Rohani annonce la mise en œuvre proche de "nouvelles restrictions", "difficiles pour les gens". Il fait état d'un "long débat au sein du Comité national de combat contre le coronavirus", dit qu'il n'y a "pas d'autre choix" et que ces décisions s'imposent "pour protéger" la population.

"Nouvelle vague"

"Nous avons dépassé la première vague de la maladie, mais il peut y avoir une nouvelle vague dans les prochains jours", déclare encore M. Rohani, sibyllin, alors qu'à l'étranger certains s'interrogent sur les chiffres publiés par les autorités iraniennes, qu'ils soupçonnent d'être sous-estimés. Le porte-parole du gouvernement, Ali Rabii, annonce ensuite, sans précision de date, que "sortir des villes sera interdit", tout comme "les nouveaux voyages"

La nouvelle tombe en pleines vacances scolaires du Nouvel An iranien, alors que des millions de personnes ont quitté leur province pour des visites familiales ou des séjours touristiques. M. Rabii appelle les gens à rentrer chez eux "au plus vite". La violation des nouvelles mesures sera passible d'"amendes", avertit-il. Cité par l'agence officielle Irna, le ministre de l'Intérieur Abdolréza Rahmani Fazli exhorte lui "les gens à coopérer davantage avec les autorités à partir de demain ou après-demain quand ce projet sera mis en œuvre".

Photo fournie le 25 mars par la présidence iranienne montrant le ministre de la Santé, Saïd Namaki, lors d'un conseil des ministres à Téhéran.
Photo : AFP/VNA/CVN

Tout en parlant d'une mesure devant durer "quinze jours", M. Rohani a indiqué que celle-ci devrait être "soigneusement [appliquée] jusqu'au samedi 4 avril", soit dans dix jours. Cette date marque normalement le jour de la rentrée scolaire après le congé de Norouz, le Nouvel An iranien.

"Décisions plus strictes"

M. Rabii a pour sa part laissé entrevoir la possibilité d'un confinement à venir : "Si nous estimons qu'il y a beaucoup de circulation inutile dans les villes, nous allons certainement prendre des décisions plus strictes.". L'Iran a reconnu officiellement la présence de l'épidémie sur son sol le 19 février, sans doute un peu tard, a concédé récemment un vice-ministre de la Santé, selon qui le COVID-19 était déjà à l'intérieur des frontières en janvier.

Mercredi 25 mars, le porte-parole du ministère de la Santé, Kianouche Jahanpour, a annoncé 143 décès supplémentaires dus à la maladie, portant le bilan officiel de l'épidémie à 2.077 morts dans le pays. Il a également annoncé 2.206 nouveaux cas de contamination confirmés au cours de dernières 24 heures, un nouveau record quotidien. Selon les chiffres du ministère, l'Iran a enregistré un total de 27.017 cas de contamination confirmés.

Assurant que les nouvelles restrictions seraient "imposées avec une approche pleinement participative, sociale et communautaire", M. Jahanpour a aussi déclaré, sans plus de précision, que les nouvelles mesures étaient "exactement ce qu'on appelle le troisième niveau de quarantaine." Un peu plus tôt, la chaîne d'information de la télévision d'État avait diffusé un court programme, "Varzèche dar khouné" ("Sport à la maison") montrant divers moyens de faire faire de l'exercice à ses enfants chez soi.

AFP/VNA/CVN



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

COVID-19 : les entreprises touristiques renforcent la sécurité Face à la situation compliquée de l'épidémie de COVID-19, le Service du tourisme de Hanoï a ordonné aux unités, aux entreprises, aux organisations et aux particuliers de renforcer les mesures de sécurité dans la lutte et la prévention de la pandémie ; d’estimer les effets de cette épidémie sur le secteur du tourisme.