31/05/2019 22:44
Donald Trump a décidé jeudi 30 mai d'employer les grands moyens contre le Mexique, accusé de laxisme sur le dossier de l'immigration clandestine: il va imposer dès le 10 juin des droits de douane sur les produits en provenance de son voisin du Sud.

>>Plus d'un millier de clandestins interpellés à la frontière mexicaine
 

Certains des migrants appartenant au plus grand groupe jamais interpellé par la police aux frontières en entrant aux États-Unis, le 29 mai à El Paso, au Texas. Photo: AFP/VNA/CVN


Le président américain a annoncé que les États-Unis allaient mettre en place "des tarifs douaniers de 5% sur tous les biens en provenance du Mexique" et que ces derniers allaient "progressivement augmenter tant que le problème de l'immigration clandestine n'est pas résolu".

Les droits de douane pourraient passer à 10% au 1er juillet et grimper de 5 points de pourcentage chaque mois jusqu'à la limite de 25% en octobre si le Mexique "n'arrête pas considérablement le flux d'étrangers illégaux passant par son territoire", a-t-il précisé dans un communiqué publié par la Maison Blanche.

Les 
États-Unis se réservent le droit de retirer ces tarifs à "(leur) seule discrétion", a-t-il ajouté.

Une décision immédiatement qualifiée de "désastreuse" par le Mexique. "Cette menace mise en 
œuvre serait très grave (...) Si cela devait arriver, nous devrions réagir énergiquement", a déclaré à la presse Jesus Seade, un responsable du ministère des Affaires étrangères en charge de l'Amérique du Nord et négociateur commercial mexicain.

Donald Trump avait déclaré plus tôt jeudi 30 mai qu'il comptait faire "une annonce majeure sur la frontière" entre les 
États-Unis et le Mexique plus tard dans la journée ou vendredi, en précisant qu'il n'en ordonnerait pas la fermeture, comme il l'avait menacé à plusieurs reprises ces derniers mois.

"Nous allons faire quelque chose de vraiment spectaculaire sur la frontière", avait déclaré le milliardaire devant des journalistes.

D'après le Washington Post, certains membres de son administration étaient opposés à l'imposition de droits de douane -une des armes favorites du président- sur les produits mexicains, craignant que cette décision n'enraye le processus de ratification du nouvel accord de libre-échange entre les 
États-Unis, le Mexique et le Canada (AEUMC), qui a paradoxalement été lancé le même jour par le gouvernement américain.

Le chef de cabinet de la Maison Blanche Mick Mulvaney a cependant tenté de séparer les deux dossiers. "Ce ne sont pas des tarifs douaniers dans le cadre du conflit commercial, ce sont des tarifs douaniers dans le cadre du problème d'immigration", a-t-il déclaré lors d'une conférence téléphonique.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La deuxième édition du tournoi amical de football Vietnam - France avec succès