30/08/2021 12:27
Max Verstappen (Red Bull) a remporté le Grand Prix de Belgique de Formule 1, commencé avec plus de trois heures de retard et limité à seulement deux tours derrière la voiture de sécurité, à cause de la pluie incessante sur le circuit de Spa-Francorchamps.
>>F1 : Verstappen prend les devants mais perd l'arrière aux essais à Spa
>>F1 : le GP de Sao Paulo sans restrictions de public

Le Néerlandais Max Verstappen vainqueur du GP de F1 de Belgique tronqué par le mauvais temps, le 29 août à Spa-Francorchamps.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'hymne néerlandais a retenti, Verstappen a levé la coupe et aspergé de vin mousseux George Russell (Williams), inhabituel 2e, et Lewis Hamilton (Mercedes), 3e et toujours leader du championnat.

Pourtant, il n'y a pas eu course.

Le déluge qui s'est abattu sans discontinuer depuis le début de journée n'a pas conduit à l'annulation du Grand Prix, mais c'est sans doute le sentiment ressenti par les milliers de spectateurs venus dans les tribunes pour voir seulement deux tours derrière la voiture de sécurité.

D'abord repoussé à 15h25, le départ a ensuite été décalé à 18h17, avant que la course ne soit à nouveau interrompue puis définitivement arrêtée.

Or, selon le règlement, deux tours doivent être effectués au minimum pour que des points puissent être attribués. Ensuite, si le leader effectue moins de 75% de la distance initialement prévue (44 tours de sept kilomètres), la moitié des points seulement est distribuée.

Deuxième du championnat, Verstappen, en pole position, empoche ainsi 12,5 points, George Russell (Williams), qualifié 2e après un coup de maître en qualifications samedi 28 août, prend 9 points et Hamilton récolte 7,5 points.

Hamilton, qui comptait huit points de plus que Verstappen avant cette manche, préserve cinq longueurs d'avance sur son rival néerlandais après ce Grand Prix fantôme et avant, dès dimanche prochain, la 13e manche aux Pays-Bas.

"J'espère que les fans seront remboursés", a réagi Hamilton avant la procédure surréaliste du podium.

"Force majeure"

Sur la grille de départ à 15h00, les pilotes ont été informés d'une première décision de décaler le Grand Prix. À 15h25, ils ont ensuite démarré pour deux tours de formation. Mais les conditions étaient trop pluvieuses pour pouvoir donner le départ réel.

Le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull) lors du tour de chauffe du GP de F1 de Belgique, le 29 août à Spa-Francorchamps.
Photo : AFP/VNA/CVN

Tous les pilotes sont rentrés dans la voie des stands et sont sortis de leurs monoplaces pour patienter au chaud. Ils étaient encore dans leurs garages à 18h00, avant que le départ derrière la voiture de sécurité ne soit donné.

Normalement, la course devait avoir lieu dans une fenêtre de trois heures à compter du départ prévu initialement (15h00), soit jusqu'à 18h00. Mais la direction de course a annoncé à 17h00 que cette procédure de course était suspendue, à cause du cas de "force majeure" que présente la météo, afin de préserver une heure de course potentielle.

Mais rapidement, lors des deux tours sous régime de voiture de sécurité, il est apparu qu'il était impossible de rouler. Tout le monde est rentré aux stands.

Dès leur tour de formation à 15h25, les pilotes semblaient tous d'accord pour dire que la visibilité était extrêmement mauvaise. Seul Verstappen, en pole position, était partisan de rouler.

"C'est assez horrible, je n'arrive quasiment pas à voir la monoplace devant moi et il y a de l'+aquaplaning+", a par exemple expliqué Lando Norris (McLaren).

Frites et pétanque

Sur le circuit belge très exigeant, le temps pluvieux avait provoqué l'accident de Norris, samedi 28 août, pendant les qualifications. Dimanche 29 août, c'est Sergio Pérez (Red Bull) qui est sorti de piste alors qu'il effectuait le tour pour se positionner sur la grille de départ. Il aurait dû abandonner, mais le retard a permis à son écurie de réparer les dégâts pour qu'il participe.

À défaut d'une course, les images de télévision ont filmé tout l'après-midi les spectateurs présents dans les tribunes, sous le rideau de pluie qui s'abat sur les Ardennes belges depuis le début de journée et du week-end.

Les fans, se réconfortant avec hot-dogs et frites belges, et les pilotes, en essayant de rester concentrés avec divers exercices, patientaient tant bien que mal. Certains stewards en profitaient eux pour faire une pétanque sur les graviers autour de la piste... le seul sport aperçu ce dimanche 29 août à Spa-Francorchamps.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Des maquettes miniatures reflètent les spécificités de la culture vietnamienne

Quand le tourisme sauve l’identité culturelle Pour les Co Tu de Hoà Vang, un district montagneux rattaché à la ville de Dà Nang (Centre), Dinh Van Nhu est un pionnier. Il a en effet été le tout premier habitant de cette ethnie minoritaire à transformer sa demeure en maison d’hôtes, un modèle d’hébergement chez l’habitant particulièrement prisé des touristes.