03/10/2020 14:00
La course à l’exploration de Mars a donné lieu depuis 1960 à plus d’une quarantaine de missions, dont moins de la moitié ont été couronnées de succès. L’intérêt pour la planète rouge ne faiblit pourtant pas, et de nouveaux acteurs s’apprêtent à tenter l’aventure.
>>Les humains sur Mars : techniquement possible mais aucun voyage à l'horizon
>>La sonde chinoise en route vers Mars envoie une photo de la Terre
>>Al-Amal, la première sonde spatiale arabe en route pour Mars

Le dernier selfie de Curiosity. Le rover pose devant le front de la dune de Namib. Cette image mosaïque a été prise le 19 janvier 2016.
Photo : NASA/CVN

1960-1964 : échecs soviétiques

L’Union soviétique est la première à envoyer des sondes à partir de l’automne 1960, trois ans seulement après le lancement du premier satellite artificiel Spoutnik 1. Mais durant quatre ans, elle essuie de nombreux échecs. Marsnik 1 et 2, les deux premières sondes lancées en octobre 1960, ne parviennent pas à atteindre l’orbite terrestre.

Nouvel échec deux ans plus tard, avec Spoutnik 22, qui se désintègre peu après son lancement. En 1962, Mars 1 est le premier engin à quitter véritablement la gravité terrestre pour la planète rouge mais la communication est rompue quelques mois plus tard.

Zond 2, lancée fin 1964, ne peut mener à bien les observations planétaires prévues mais elle est la première sonde à s’approcher de Mars.

1965 : Mariner 4 survole Mars

Le 15 juillet 1965, le vaisseau américain Mariner 4 entre dans l’histoire en survolant la planète rouge. Une vingtaine de photographies sont transmises, révélant une surface désertique parsemée de cratères.

En 1969, nouveaux succès américains avec Mariner 6 et 7 qui collectent plusieurs dizaines d’images.

1971 : premier satellite

Mariner 9 devient en novembre 1971 le premier véritable satellite autour de Mars, dont il fait une carte photographique détaillée, montrant des traces de volcanisme et d’érosion fluviale.

En décembre, la sonde soviétique Mars 3 atteint la surface martienne mais, largué en pleine tempête de poussière, l’atterrisseur ne fonctionne qu’une vingtaine de secondes, le temps de transmettre des bribes de données.

Quelques jours plus tôt, Mars 2 était parvenue elle aussi à se placer en orbite mais le module de descente s’était écrasé.

1976 : Viking 1 et 2 sur Mars

Les États-Unis sont la première nation à faire fonctionner des engins sur Mars : en juillet 1976, la sonde Viking 1 est le premier vaisseau à se poser en douceur sur une autre planète, suivie en septembre de Viking 2.

Leur mission a permis de collecter plus de 50.000 photos et de montrer que le sol martien était dénué de tout signe de vie.

1997 : Mars Pathfinder et Sojourner

Les années 1990 voient la reprise des missions d’exploration avec des résultats contrastés : sept sondes sont perdues. La NASA connaît toutefois deux succès : en juillet 1997, Mars Pathfinder parvient à déposer sur la planète le petit robot mobile Sojourner, Mars Global Surveyor, placé en orbite en septembre, collectera durant neuf ans des données détaillées et détectera notamment la présence de minéraux.

L’année suivante, le Japon lance Nozomi, qui échoue à se mettre en orbite.


2003 : Mars Express

Lancée à l’initiative de l’Agence spatiale européenne, la sonde Mars Express gravite autour de Mars à partir de décembre 2003. Elle est toujours opérationnelle.

En revanche, le mini-atterrisseur Beagle 2 qu’elle avait largué n’a jamais donné signe de vie mais sera repéré à la surface de la planète, en janvier 2015.

2004 : Spirit et Opportunity

Deux robots géologues américains se posent en janvier 2004 pour une mission fructueuse, qui se poursuivra jusqu’en 2010 pour Spirit et 2018 pour Opportunity.
Ce dernier, champion de la distance extraterrestre parcourue (45 km), a envoyé sur Terre plus de 200.000 images et découvert des traces d’environnements humides.

2012 : Curiosity, toujours actif

Le robot américain Curiosity se pose sans encombre en août 2012. Seul engin encore actif sur Mars, il a permis de montrer que la planète était propice à la vie microbienne dans un lointain passé et devait de ce fait être potentiellement habitable.

En mai 2008, Phoenix, un autre engin américain, avait pu sonder le permafrost et confirmer la présence d’eau gelée.

2014 : l’Inde rejoint le club

En septembre 2014, l’Inde réussit son pari de placer une sonde en orbite. Mars Orbiter Mission, dont l’objectif est de mesurer la présence de méthane, a été produite à bas coût et en un temps record.

2016 : ExoMars

En octobre 2016, l’Europe échoue à poser son atterrisseur test Schiaparelli, mais parvient à placer en orbite sa sonde d’exploration TGO.

Victime de difficultés techniques aggravées par la pandémie en cours, la mission russo-européenne ExoMars, qui prévoyait d’envoyer à l’été 2020 un robot forer le sol martien, a été reportée à 2022.

2020 : la ruée vers Mars

Trois missions se sont envolées en juillet vers Mars avec deux nouveaux acteurs: les Émirats arabes unis qui ont envoyé mi-juillet la première sonde arabe et la Chine qui a lancé Tianwen-1, avant de déployer un véhicule
téléguidé.

Les États-Unis ont lancé fin juillet leur 5e véhicule exploratoire,  Perseverance.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Gâteau phu thê, une friandise rustique irrésistible

Entre terre et mer, le marais de Chuôn À Phu An, une commune de la province de Thua Thiên-Huê, au Centre du Vietnam, s’étend jusqu’à l’horizon le marais de Chuôn, un lieu paisible en pleine nature.