04/12/2020 22:54
Le Centre de médias CBC du Canada a publié un récit de Sabrina Pinksen, originaire de la petite ville de Wild Cove, partageant son expérience inoubliable au Vietnam pendant l’épidémie du COVID-19.

>>Un "Ông Tây" enseigne gratuitement l’anglais au Vietnam
 

Sabrina Pinksen.
Photo : CBC/CVN


Sabrina Pinksen estime que la vie au Vietnam est presque sans COVID-19.

Sabrina Pinksen a vécu en République de Corée avant de déménager à Hanoï fin 2017, une ville d'environ 10 millions d'habitants, dans un pays de 90 millions d'habitants qui est géographiquement plus petit que Terre-Neuve-et-Labrador, note-t-elle. Malgré la grande différence en termes de population, les deux "maisons" de Pinksen (Hanoï et Terre-Neuve-et-Labrador) ont un point commun: leurs faibles taux d'infection.

Elle attribue le faible nombre de cas de COVID-19 au Vietnam à sa réponse rapide.

"Nous avons une frontière très poreuse avec la Chine... Ils ont fermé les frontières presque immédiatement au début de la pandémie", a déclaré Pinksen, indiquant que le Vietnam était entré dans un confinement national pendant trois semaines en avril.

Elle a dit que le Vietnam avait été extrêmement proactif dans sa réponse à la pandémie. Le pays s’était vraiment concentré sur la transmission communautaire et la recherche des contacts, etc.

En ce qui concerne la vie quotidienne à Hanoï, c'est comme si le COVID-19 n'existe pas, selon Pinksen.

Une deuxième vague a frappé en juillet, dans la ville de Dà Nang, au Centre du Vietnam - et Pinksen se trouvait là en vacances.

"Je pense qu'il y avait… 50 000 personnes (de Hanoï) qui étaient à Da Nang pendant cette épidémie, et tous ceux qui sont revenus à Hanoï, ils nous ont fait tester en quelques semaines", a-t-elle rappelé.

Pour l’heure, Pinksen est professeur d'anglais en ligne. Puisque les gens passent plus de temps à la maison, ses compétences sont plus demandées.

"Normalement, je peux travailler de 15h00 à 20h00 du lundi au vendredi. Mais (maintenant)… je pourrais enseigner 12 heures par jour si je le voulais", a-t-elle dit.

"Pendant ce temps, tous mes amis ici étaient sans travail, donc j'étais le seul à avoir un emploi stable, ce qui est étrange".

Pinksen a dit qu'elle avait espéré être à la maison pour les vacances, mais cela ne se produira pas cette année.

"J'aimerais revenir au printemps. Mais… si la situation est la même dans le reste du Canada, je ne sais pas pourquoi j'échangerais la liberté que j'ai actuellement de rentrer à la maison", a-t-elle partagé.


VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bánh duc à la sauce de soja, un encas rustique mais délicieux

La région de la montagne percée à Cao Bang Cao Bang regorge de sites naturels spectaculaires. Outre la cascade de Ban Giôc, la chaîne de montagnes percées de Nui Thung, les maisons sur pilotis traditionnelles en pierre ou les superbes paysages sont autant d’atouts touristiques majeurs.