14/11/2019 09:53
Après des semaines d'échanges tendus et parfois confus, Donald Trump a vanté mercredi 13 novembre sa bonne entente avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, tout en restant évasif sur la Syrie un mois après l'offensive militaire d'Ankara.
>>Trump reçoit Erdogan, malgré les tensions et les controverses
>>Erdogan va rencontrer Trump à Washington le 13 novembre prochain

Le président américain Donald Trump (droite) et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan participent à une conférence de presse commune à la Maison Blanche, le 13 novembre. Photo : AFP/VNA/CVN

"Je suis un grand fan du président", a lancé d'entrée le locataire de la Maison Blanche, Donald Trump, en évitant soigneusement les sujets qui fâchent, tels que l'achat par la Turquie de systèmes de missiles antiaériens S-400 à la Russie. "Nous sommes amis depuis longtemps", a-t-il martelé. La conférence de presse commune des deux dirigeants a donné lieu à une étrange scène lorsqu'un journaliste a demandé M. Erdogan ce qu'il avait pensé de la lettre que M. Trump lui avait adressée sur le dossier syrien et qui se concluait par ces mots : "Ne jouez pas au dur ! Ne faites pas l'idiot !".

Le président turc ne s'est pas attardé sur le contenu de cette surprenante missive mais a affirmé qu'il avait profité de sa visite à Washington pour la rendre à son auteur. Les deux dirigeants s'exprimaient après les premières auditions publiques au Congrès dans l'enquête en vue d'une éventuelle destitution de Donald Trump. Interrogé sur ces échanges qui ont tenu l'Amérique en haleine, M. Trump a assuré qu'il n'en avait pas regardé "une minute" car il était "trop occupé".

Le milliardaire républicain s'enorgueillit de savoir négocier avec les dirigeants autoritaires. Mais ses tractations avec M. Erdogan au cours des semaines écoulées ont été pour le moins chaotiques. Après l'annonce par M. Trump du retrait des troupes américaines déployées dans le Nord-Est de la Syrie, Ankara a lancé le 9 octobre une offensive militaire visant les forces kurdes, alliées de la Coalition internationale dans la lutte contre les jihadistes.

Erdogan réplique à Macron


"Le cessez-le feu continue à tenir", s'est félicité M. Trump, restant muet sur les critiques selon lesquelles il a, par son retrait précipité, abandonné les forces kurdes qui ont pourtant joué un rôle-clé sur le terrain dans la lutte contre les jihadistes.

Les atermoiements de M. Trump et l'offensive turque ont aussi suscité de vives tensions au sein de l'Alliance atlantique - dont la Turquie est membre - qui redoute une résurgence du groupe État islamique. Le président français Emmanuel Macron a déploré en termes très vifs l'absence totale de coordination avec les États-Unis sur ce dossier.

Dénonçant, dans un entretien à l'hebdomadaire The Economist, "une agression" menée par la Turquie, "dans une zone où nos intérêts sont en jeu", il avait jugé que l'Otan était en état de "mort cérébrale". Dans une pique au président français, M. Trump s'est fait l'écho du mécontentement de la Turquie. "Je pense que le président (turc) n'a vraiment pas apprécié (..) et je pense que beaucoup d'autres gens ont eu la même réaction", a-t-il déclaré. "Inacceptable", a simplement ajouté M. Erdogan dont les propos étaient traduits par un interprète.

Une nouvelle fois, le président américain a appelé les pays européens - France et Allemagne en tête - à rapatrier leurs ressortissants figurant parmi les jihadistes du groupe État islamique détenus en Syrie. "Ces pays devraient nous aider", a-t-il martelé. Une réunion doit rassembler jeudi 14 novembre à Washington les ministres de la Coalition internationale antijihadiste. Elle avait été demandée en urgence par le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian après l'annonce du retrait des soldats américains.

AFP/VNA/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Faites le plein d’oxygène au réservoir de Hoà Binh

Côn Dao parmi les plus belles destinations pour les voyages hivernaux Le magazine prestigieux Vogue Paris a nommé l'île de Côn Dao dans la province de Bà Ria - Vung Tàu (Sud) parmi les neuf plus belles îles secrètes que les voyageurs devraient visiter cet hiver.