27/04/2018 00:47
Alerte! Le volcan du Vélodrome entre en éruption jeudi 26 avril à 21h05 pour la demi-finale aller d'Europa League de l'Olympique de Marseille contre Salzbourg, avec l'envie farouche de prendre une option sur une cinquième finale européenne.
>>Europa League : l'OM trop court à Leipzig, Arsenal facile
>>Europa League - 8e de finale retour : Viktoria Plzen - Sporting Portugal 2-1
>>Europa League : Lyon et Marseille font un pas vers les quarts
>>Europa League : l'OM qualifié mais défait avant le Clasico

Les joueurs de Marseille, le 21 avril, à Marseille. Photo: AFP/VNA/CVN

L'euphorie baigne Marseille, ville de football. La cité de Phocée ne parle plus que de cette finale de coupe d'Europe depuis l'épique quart de finale retour contre Leipzig (5-2), où les hommes de Rudi Garcia sont revenus deux fois d'une élimination virtuelle.

Les papas promettent à leurs enfants de les emmener à Lyon le 16 mai, pour tenter de décrocher enfin cette satanée C3, loupée d'une marche en 1999 (3-0 pour Parme) et en 2004 (2-0 pour Valence).

Mais avant de rêver de cette finale, il faut passer Salzbourg, ce que l'OM n'a pas su faire quand il l'a croisée en poules (1-0/0-0).

Rudi Garcia s'en est servi pour faire du champion d'Autriche le favori. "Mais c'est la vérité, se récrie-t-il, cette équipe nous a battus là-bas, et nous on ne l'a pas battue ici".

"On veut calmer l'euphorie en disant qu'on a aussi pris cinq buts en trois matches et qu'il va falloir faire mieux jeudi (26 avril) si on veut continuer à espérer, poursuit l'entraîneur marseillais, mais ne perdons pas aussi notre talent et notre force offensive".

Porté par Payet et Thauvin

En effet, depuis que le RB Leipzig est passé à la moulinette d'un Vélodrome à la voix aiguisée, la devise du club, "Droit au but", brille à nouveau dans le ciel provençal. L'OM a remonté deux fois le score à Troyes (3-2) et désossé Lille (5-1).

Florian Thauvin (gauche) et Dimitri Payet, le 2 février, à Marseille.
Photo: AFP/VNA/CVN

Le coach lillois, Christophe Galtier, voit dans l'OM "une équipe dans une dynamique incroyable, qui dégage une force collective et un caractère pour aller à la bataille".

"C'est une équipe qui a tout, poursuit le Marseillais +Galette+: la technique, la force athlétique, la mentalité et la détermination".

Sur cette élan, l'Olympique de Marseille est cornaqué par deux joueurs en pleine réussite, Dimitri Payet, qui marche sur l'eau comme avant l'Euro-2016, et Florian Thauvin.

Payet, "depuis quatre mois il est très très bien, je ne sais pas si c'est la Coupe du monde ou pas", lâche Valère germain dans un sourire.

Quant à "Flo, cette année peu importe ce qu'il fait ça marche. Contre Lille (sur le premier but) il coupe au premier (poteau), Bouna (Sarr) centre et il est là. A Troyes, il y a la qualité exceptionnelle de sa volée" sur le but vainqueur, détaille l'attaquant marseillais, qui devrait partir du banc ce soir (jeudi 26 avril), au profit de Kostas Mitroglou.

Rami pourra tout donner

Attention donc à la défense, qui a tangué, comme le rappelle Garcia. Il faudra notamment surveiller l'attaquant israélien Munas Dabbur, buteur de la double confrontation de l'automne.

Le défenseur de l'OM Adil Rami (gauche) face au gardien de Troyes Erwin Zelazny, au stade de l'Aube, le 15 avril. Photo: AFP/VNA/CVN

Pour cela, Adil Rami, déjà peu avare d'efforts, pourra tout donner, lui qui parle depuis des mois de gagner cette C3, qu'il a déjà soulevée avec Séville en 2016.

Le chef de la défense marseillaise a été suspendu trois matches mardi 14 avril pour les incidents d'OM-OL, tout comme le gardien lyonnais Anthony Lopès, une sanction vécue comme une injustice à Marseille, où l'on soupçonne Lyon d'être avantagé.

Mais "Adilus" pourrait venger ce ressentiment en emmenant les Marseillais disputer la finale dans le stade du président de Lyon, comme le chantent les supporters depuis Leipzig: "Jean-Michel Aulas, on va la gagner chez toi!"

Attention encore une fois à ne pas penser trop vite à la finale. L'OM était content d'éviter Arsenal et l'Atletico Madrid au tirage, mais le club de Red Bull aussi...

Salzbourg n'a perdu que trois matches cette saison (mais deux en avril...) et file vers un cinquième doublé Coupe-Championnat d'Autriche de rang.

Le RBS a aussi vécu un quart de finale de légende, balayant la Lazio (4-1) avec trois buts en 6 minutes après avoir perdu à l'aller (4-2).

Et si l'OM a déjà perdu deux finales de C3, Salzbourg a aussi vécu cette désillusion une fois, contre l'Inter Milan en 1994 (1-0, 1-0), à l'époque où l'OM était champion d'Europe en titre.

Le club s'appelait Casino Salzbourg, pas Red Bull. L'OM s'appelle toujours l'OM et rêve de le rappeler à l'Europe entière.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Phu Quôc a accueilli plus de 4,7 millions de visiteurs depuis 2015 Depuis 2015, le district insulaire de Phu Quôc (province de Kiên Giang, Sud) a reçu plus de 4,7 millions de visiteurs, dont 20,5% d’étrangers. Les recettes touristiques ont connu en moyenne une hausse annuelle de 42,5%.