11/06/2021 17:29
Onze, c'est le nombre d'or de l'Euro : du 11 juin au 11 juillet, dans onze pays hôtes et à onze contre onze, l'Europe du football brigue la prestigieuse couronne continentale, propriété du Portugal et convoitée à partir de vendredi 11 juin par plusieurs prétendants, dont la France.
>>Euro : trois ogres et un pays hôte dans la poule de la peur
>>Euro : un panthéon à atteindre, une pandémie à dribbler

Le trophée de l'Euro exposé dans la Gazprom Arena de Saint Pétersbourg, le 22 mai à quelques semaines du coup d'envoi de la compétition paneropéenne.
Photo : AFP/VNA/CVN

Les 8kg et 60cm d'argent fin du célèbre trophée Henri-Delaunay attendent de connaître leur destination au terme du tournoi qui débute vendredi 11 juin soir et mènera les 24 sélections engagées de Londres à Bakou et de Copenhague à Séville.

Dès le match d'ouverture, un alléchant Turquie - Italie vendredi 11 juin soir à Rome (21h00), tout le continent a hâte de voir les meilleures équipes en découdre, malgré les incertitudes persistantes liées à la pandémie de COVID-19, qui a déjà entraîné le report d'un an de la compétition initialement prévue en 2020.

Le Portugal, tenant du titre depuis cinq ans - une durée inédite -, aborde le grand rendez-vous continental avec son immuable star, Cristiano Ronaldo (36 ans), des ambitions inchangées et un mélange d'expérience et de jeunesse.

"Nous sommes candidats à remporter le titre. Je pars avec la même conviction que le Portugal peut gagner ce championnat", a assuré le sélectionneur Fernando Santos.

Ronaldo, les Bleus et l'Allemagne 

Grande star de l'équipe, Ronaldo a de nouveaux records à aller chercher.

Le quintuple Ballon d'Or, actuellement à égalité avec le Français Michel Platini à 9 buts en Championnat d'Europe, peut devenir l'unique meilleur buteur de l'histoire de l'Euro. Il peut aussi devenir le meilleur marqueur de l'histoire des sélections (104 buts, à cinq longueurs des 109 buts de l'Iranien Ali Daei).

Mais dans un groupe F ultra-relevé, les Portugais croiseront sur leur route les Bleus, vice-champions d'Europe il y a cinq ans puis champions du monde 2018, pour une revanche de la finale 2016 (1-0 a.p.).

L'équipe de France, guidée par ses étoiles Antoine Griezmann, Kylian Mbappé et le revenant Karim Benzema, espère reproduire l'incroyable enchaînement Mondial-Euro de 1998 et 2000, lorsque Didier Deschamps était capitaine.

Les Bleus restent sur une victoire probante face à la Bulgarie au Stade De France, en préparation à l'Euro, le 8 juin.
Photo : AFP/VNA/CVN

Désormais sélectionneur, "DD" mesure néanmoins le chemin qui reste à parcourir.

Gagner des titres, "cela ne se fait pas en claquant des doigts", a-t-il lancé le mois dernier. "Les autres nations progressent, travaillent, elles ne dorment pas. L'ambition doit être là."

L'expérimenté technicien français croisera dès mardi 15 juin la route d'un autre champion du monde, l'Allemand Joachim Löw, qui vivra son ultime tournoi et espère finir en beauté son long mandat de sélectionneur.

En dépit de l'humiliation du Mondial-2018 (élimination au premier tour) et de signaux inquiétants (gifle 6-0 contre l'Espagne en novembre), Löw se veut "optimiste" pour la Mannschaft.

"Ce que je vois et ressens en termes d'énergie et d'engagement dans l'équipe est excellent", a-t-il dit dans une interview à l'agence allemande SID, filiale sportive de l'AFP.

L'Italie renaissante, la Belgique ambitieuse 

Autre nation renaissante, l'Italie retrouve le gotha après le traumatisme de sa non qualification à la dernière Coupe du monde.

Rajeunie par Roberto Mancini, la Nazionale reste sur 27 matches sans défaite et sera la favorite d'un groupe A assez ouvert avec la Turquie, le pays de Galles et la Suisse.

L'Espagne, versée dans le groupe E avec Suède, Pologne et Slovaquie, pouvait aussi prétendre au statut de valeur montante après une reconstruction menée par le sélectionneur Luis Enrique, qui a fait table rase du triplé historique Euro -Mondial - Euro réussi entre 2008 et 2012.

Mais le COVID-19 a rattrapé la "Roja", perturbée dans sa préparation par le test positif du capitaine Sergio Busquets et du défenseur Diego Llorente, Llorente étant finalement diagnostiqué négatif le lendemain.

Côté jeunesse triomphante, il faut plutôt regarder du côté de l'Angleterre de Marcus Rashford et Harry Kane, qui rêve du dernier carré à domicile à Londres, dans le mythique stade de Wembley.

Pour les Anglais, opposés à la Croatie, l'Écosse et la République tchèque dans le groupe D, rater les demi-finales serait "probablement" un échec, a prévenu le sélectionneur Gareth Southgate.

Et puis il y a la Belgique et sa génération dorée (Hazard, De Bruyne, Lukaku), qui guigne l'Euro pour ne pas dilapider une nouvelle occasion de dépoussiérer son armoire à trophées.

Les Diables Rouges disposent d'une poule B largement à leur portée avec la Russie, le Danemark et le bizuth finlandais... Ce qui est aussi le cas des Pays-Bas dans le groupe C, avec l'Ukraine, l'Autriche et un autre nouveau venu, la Macédoine du Nord, qui espère être l'une des révélations de cet Euro au format inédit.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le photographe Lâm Duc Hiên, la mémoire du Mékong

Destinations attrayantes de la province de Thanh Hoa Outre ses belles plages, la province de Thanh Hoa (Centre) regorge de destinations attrayantes, comme la réserve naturelle de Pu Lông et le parc national de Bên En.