18/06/2021 10:16
Malgré la communion autour de Christian Eriksen jeudi 17 juin à Copenhague, le Danemark n'a pas réussi à gagner pour sa star, écartée par un grave malaise cardiaque, et a fini par céder (2-1) contre la Belgique, qualifiée pour les huitièmes de finale de l'Euro.
>>Euro : les Pays-Bas dominent l'Autriche et décrochent leur ticket pour les 8es
>>Euro : pour le Danemark et Eriksen, le match d'après

La déception des joueurs danois, battus 2-1 par la Belgique, lors de la 2e journée du groupe B à l'Euro 2020, le 17 juin à Copenhague.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'entrée en jeu en début de seconde période de Kevin de Bruyne, de retour après avoir été blessé au visage en finale de la Ligue des champions fin mai, a complètement changé la donne d'une rencontre chargée en émotion, à l'image de la minute d'applaudissements en l'honneur d'Eriksen, et qui avait été jusque-là dominée par des Danois survoltés.

Le milieu de Manchester City a d'abord délivré un "caviar" pour Thorgan Hazard sur l'égalisation belge (55e), avant d'offrir la victoire aux Diables Rouges d'une superbe frappe à l'entrée de la surface (70e).

"Je marque. Mais je ne voulais pas célébrer ce but. J'ai trop de respect pour les Danois", a expliqué De Bruyne après la rencontre.

Cinq jours après leur large succès contre la Russie (3-0) à Saint-Pétersbourg, les Belges ont déjà leur billet pour le tour suivant en poche avant leur troisième match face aux Finlandais lundi 22 juin.

Devant son public déchaîné, le Danemark avait pourtant réalisé une première période tonitruante marquée par l'ouverture du score de Yussuf Poulsen dès la 2e minute et plusieurs autres occasions franches. Mais ils n'ont pas réussi à maintenir leur intensité incroyable après la pause et ont manqué de réussite en fin de rencontre quand Martin Braithwaite a trouvé la barre transversale de la tête (87e).

Émotion 

"La seule chose dont je suis déçu, c'est le résultat. Je n'attendais pas grand chose de ce match, mais je ne peux décrire la fierté que je ressens avec cette équipe", a expliqué l'entraîneur danois Kasper Hjulmand.

Avant le coup d'envoi et durant toute la rencontre, l'émotion était vraiment palpable dans le Stade Parken, situé à moins d'un kilomètre à vol d'oiseau du Rigshospitalet où Eriksen est toujours hospitalisé en observation. Alors que "seulement" 25.000 spectateurs assistaient à la rencontre, contre 16.000 lors du match contre la Finlande, l'ambiance était phénoménale et redoublait à chaque belle action des "Rod-Hvide" (Rouges et Blancs).

Quand Poulsen a ouvert le score, les gradins ont littéralement tremblé, tout comme à la fin de la minute d'applaudissements en l'honneur d'Eriksen. Les joueurs danois ont surfé sur cette atmosphère incroyable et n'ont pas hésité à haranguer leurs supporters pour encore faire monter d'un cran la pression.

Après un très émouvant hymne danois repris en cœur par tout un peuple, le match a commencé sur les chapeaux de roue pour le Danemark, qui a pris les devants dès la deuxième minute de jeu : Jason Denayer a raté sa relance dans l'axe, Pierre-Emile Höjbjerg a intercepté le ballon et servi dans la surface Poulsen, qui a trompé Thibaut Courtois d'une frappe croisée.

Malgré une timide réaction de la Belgique avec une tête de Dries Mertens captée par Kasper Schmeichel (4e), les locaux ont poursuivi sur leur lancée en étouffant les Diables Rouges, à l'image de Joakim Maehle qui a buté sur le portier belge (5e), puis Daniel Wass qui n'a pas appuyé assez sa tête (6e).

De Bruyne a tout changé 

La joie des Belges, vainqueurs (2-1) du Danemark, lors de la 2e journée du groupe B à l'Euro 2020, le 17 juin à Copenhague.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'interruption d'une minute en l'honneur d'Eriksen (10e) n'a pas cassé la bonne dynamique danoise puisque Braithwaite a réalisé un bon débordement ponctué d'un centre en retrait qui a été dégagé en catastrophe par un défenseur adverse (14e), avant de manquer le cadre de la tête sur un centre de Maehle (16e).

De nouvelles tentatives de Wass au-dessus (24e) et Damsgaard juste à côté (35e) ont encore fait frissonner tout le Stade Parken, alors que les Belges peinaient à se montrer dangereux.

Mais De Bruyne a tout changé. Rapidement rejoint sur la pelouse par Eden Hazard et Axel Witsel (59e), deux autres cadres de retour de blessure, le Citizen a réveillé les Diables. Ainsi, il s'est rapidement illustré en délivrant une passe décisive (55e) puis a inscrit le but de la victoire (70e).

Ce succès obtenu dans la douleur va permettre au sélectionneur Roberto Martinez de faire souffler certains cadres lors du dernier match face à la Finlande lundi 21 juin jet de donner du temps de jeu à d'autres en manque de rythme.

Les Danois, eux, tenteront de battre les Russes dans leur chaudron du Parken pour arracher leur billet pour les 8es de finale et ainsi rendre un nouvel hommage à Eriksen.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Un symbole de Hanoï sous le ciel du Sud Qui dit chùa Môt Côt (pagode au pilier unique) dit Hanoï. Néanmoins, il en existe à Hô Chi Minh-Ville une autre, de même forme et de même taille. Un témoin de l’attachement des gens du Sud envers la capitale millénaire.