16/12/2020 10:50
Les handballeuses françaises se sont qualifiées pour les demi-finales de l'Euro-2020 en s'imposant 31 à 25 contre la Suède mardi soir 15 décembre à Herning (Danemark) grâce à la grosse performance d'Estelle Nze Minko, meilleure joueuse de la rencontre avec six buts.
>>Euro-2020 de hand : les Françaises se font peur mais battent l'Espagne
>>Euro-2020 de hand : la France fait le plein de confiance et de points contre le Danemark

Les Bleues victorieuses de la Suède dans le tour principal de l'Euro à Herning, le 15 décembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

En demi-finale, les Françaises, championnes d'Europe en titre, affronteront la Croatie, invitée surprise du dernier carré de cet Euro, qui disputera pour la première fois de son histoire les demi-finales d'un grand championnat. Le match aura lieu vendredi 18 décembre en fin d'après-midi, avec un coup d'envoi à 18h00.

Mardi 15 décembre en soirée, les Danoises ont rendu un joli service aux Françaises en s'imposant contre la Russie 30 à 23. Non seulement les coéquipières de Sandra Toft (14 arrêts) ont éliminé les Russes, championnes olympiques en titre (2016) et vice-championnes d'Europe en 2018, mais en plus ce succès permet aux Bleues d'éviter la Norvège en demi-finale, qui affrontera les hôtes danoises pour un duel scandinave vendredi 18 décembre (20h30).

"On prend ce qui va arriver, de toutes façons pour gagner le titre il faudra battre tout le monde. J'ai envie de dire qu'il n'y a plus personne qui peut nous barrer la route", s'est enthousiasmée Alexandra Lacrabère, avant même de connaître l'identité de l'adversaire.

"On a envie de gagner et on a les qualités pour aller au bout. On a un banc énorme", a renchéri la gardienne Cléopâtre Darleux, tout sourire en conférence de presse.

La pause de près de 96 heures entre le dernier match des Françaises contre la Russie (28-28) et le coup d'envoi contre la Suède a fait un peu sortir les Bleues de leur rythme à l'Euro-2020. Elles ont mis une petite demi-heure pour se mettre complètement dans le match, accusant en première période jusqu'à trois buts de retard (12-9, 22e).

Mais comme contre le Monténégro, l'Espagne ou la Russie, elles ont su garder leur calme, ne pas paniquer et sont revenues au score petit à petit en fin de première période, pour rejoindre le vestiaire à égalité (14-14).

Lacrabère règle la mire 

Alexandra Lacrabere (droite) très en vue lors de la victoire des Bleues sur la Suède à Herning, le 15 décembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'entrée en jeu de Kalidiatou Niakaté sur le côté gauche de la base arrière, en relais d'une excellente Estelle Nze Minko, a fait du bien aux Françaises : deux buts, une interception et un penalty provoqué pour permettre aux Françaises de s'échapper au score (17-14, 34e) et se donner de l'air.

Après la rencontre, c'est avec quelques pas chaloupés que Nze Minko est allée chercher sa récompense de meilleure joueuse du match (six buts sur neuf tentatives), avant de rejoindre ses coéquipières au centre du terrain et de célébrer la qualification.

Sur la ligne des jets de sept mètres, la Paloise Alexandra Lacrabère a réglé la mire, signant un impeccable quatre sur quatre aux penalties, alors qu'elle avait connu plusieurs échecs lors des premières rencontres du premier tour et du tour principal.

La défense française, autour de Béatrice Edwige, a continué d'étouffer l'attaque suédoise en seconde période, plus forte physiquement et mieux en place, n'encaissant que onze buts dans la seconde demi-heure de jeu.

"C'était un très bon match. Elles nous ont surpris. ll a fallu tenir le choc. Nos rotations et la qualité de notre défense font que l'on a eu des ballons d'attaque. Mais je pense que la Suède a vraiment fait un bon match et exploité tout ce qu'elle pouvait", a estimé le sélectionneur Olivier Krumbholz.

Voilà donc les Françaises en demi-finales, l'objectif fixé qu'Olivier Krumbholz avant de partir au Danemark, afin de mettre enfin derrière elles l'échec du Mondial-2019 au Japon l'an passé et l'élimination dès le premier tour.

Elles gardent ainsi l'espoir de conserver leur titre continental conquis il y a deux ans à domicile à Paris-Bercy, un exploit que seul le Danemark dans les années 1990 et la Norvège dans les années 2000 et 2010 ont réussi.
 
AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.