20/07/2013 11:39
Vingt ans après sa naissance, le mouvement des jeunes volontaires gagne toujours plus d’ampleur. Vêtus de chemises de bleu foncé, jeunes et dynamiques, les volontaires sont présents sur tous les fronts.

>>Ces personnalités qui se distinguent

À 06h00 du matin, une belle journée de ce début de mois de juillet, les étudiants volontaires se pressent déjà à la gare routière My Dinh de Hanoi. Ils accueillent des jeunes en provenance des zones rurales, candidats aux concours d'entrée des universités, et leur conseillent des lieux d'hébergement, moyens de transports, restaurants, ou les informent sur le déroulement des concours. C’est une activité habituelle dans les gares routières en cette saison de concours d’admission.

Lancement de la campagne de volontariat de l’été 2013. Photo : Duong Giang/VNA/CVN


Ce soutien aux candidats et à leurs proches en période de concours n’est que l’une des activités d’un large panel d’actions déployées par les volontaires sur l’ensemble du pays.

Motiver l’engagement des jeunes

Le concept de volontariat d'été remonte à l’année 1994, lorsque les étudiants de l'École normale supérieure de Hô Chi Minh-Ville lancent le projet de «culture d'été». Vingt ans plus tard, de nombreux mouvements de volontariat ont vu le jour, comme la campagne «Été vert», le programme «Partage de connaissances en période d’examen» ou encore l’organisation de vacances dites «Vacances roses» à destination des jeunes et des ouvriers. Ces mouvements ont pris de l’ampleur dans tout le Vietnam, mais aussi au Laos et au Cambodge.

Des volontaires à la gare routière de Giap Bat à Hanoi, prêts à aider les candidats aux concours d’entrée aux universités. Photo : Duong Giang/VNA/CVN


Ces activités encouragent l’engagement des jeunes pour œuvrer à une vie de meilleure qualité pour tous. Les participants se comptent aujourd’hui par millions. La campagne "Été vert" par exemple s’est généralisée à l’ensemble du pays. Au départ, il s’agissait de faire venir quelques étudiants dans les provinces reculées en difficulté pour lutter contre l'analphabétisme par des cours d’été. Par la suite, les volontaires se sont investis dans beaucoup plus de domaines, comme l’économie ou la culture. Deux décennies plus tard, avec plus de quatre millions d’étudiants participant aux mouvements de volontariat, l'"Été vert" est devenu le prestigieux label de l'Union des jeunes communistes Hô Chi Minh.

Pour la vie économique

Dans la province de Cà Mau, à l’extrême Sud du pays, les jeunes locaux et les étudiants s’investissent pour l’économie de leur région. Ils ont mis sur pied un projet prometteur d'élevage des crevettes et de culture du riz pour répondre aux changements de la conjoncture économique. En coopération avec les producteurs locaux, ils organisent des programmes de transfert de connaissance et de technologies, pour assurer de meilleurs rendements, via des colloques et des journées de formation. De telles activités dynamisent les régions rurales, créent de l’emploi et font reculer la pauvreté.

À Cà Mau ont également été créés des programmes de soutien à l’entreprenariat des jeunes. Des fonds destinés à aider les jeunes à s’établir, à construire une maison, à acheter des semences ont été mis en place. Plus de 3.500 d’entre eux ont bénéficié de ces capitaux, qui, investis dans la production et l'élevage, ont permis de venir en aide à des milliers de familles.

L'Union des jeunes communistes Hô Chi Minh a assuré à Cà Mau la construction de 100 ponts, bétonné 104 km de chemins et planté 50 ha de cajeputiers. Près de 70.000 ampoules basse consommation ont également été installées dans les communes les plus démunies de la province.

Pour le bien-être social

À Dà Nang, dans le Centre, les campagnes des volontaires sont chaque année une activité d'envergure pour les jeunes. Ces derniers s’engagent notamment dans des programmes d’aide sociale destinés aux habitants des régions pauvres et éloignées.

De mi-juin à mi-août, des groupes de volontaires se rendent dans les communes du district Hoà Vang et des provinces alentours (Quang Nam, Dak Lak, Kon Tum, Quang Tri…) pour participer à l’édification de la «Nouvelle campagne». Ils effectuent des travaux d’utilité publique, comme la réfection des routes, des canaux, l’installation d’équipements d'éclairage… Sans oublier d'apporter leur aide aux familles nécessiteuses, d'offre des cours divers, de prodiguer des soins, etc. Les résultats sont notables : 45 km de chemins asphaltés, 28 km de routes restaurés, 38 maisons construites, 45 logements remis en état. Mais aussi plus de 23.000 habitants bénéficiaires de soins médicaux gratuits, des cours de révisions pour plus de 14.500 élèves, ou encore des cours d'informatique pour plus de 7.000 jeunes.

Enfin, par le biais des campagnes du volontariat d'été, l'Union des jeunes communistes Hô Chi Minh a offert près de 20.500 bourses, d'un total de près de 5 milliards de dôngs, aux élèves pauvres mais méritants.

La province de Hai Duong (Nord) est également très active dans le domaine du bénévolat. L’Organisation de la jeunesse du district de Nam Sach, en collaboration avec l'Association des jeunes de Nam Sach faisant des études à Hanoi, s’engagent à envoyer ces étudiants dans leur terre natale pour l’été. Ils y apportent un soutien aux familles les plus pauvres lors de la récolte ou donnent des cours aux enfants, toujours avec l’aide des habitants locaux.

Les mouvements de volontariat ont ainsi permis de valoriser le dynamisme de la jeunesse vietnamienne, et à mettre son savoir au service de l’enrichissement du pays. Chaque région peut bénéficier d’activités bénévoles ciblées et efficaces pour œuvrer à son développement.

Diêu An/CVN
 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découverte d’un village de broderie centenaire à Nam Dinh

Le tourisme sur l'île de Phu Quy connaît un bel essor Le district de Phu Quy, dans la province de Binh Thuân au Centre, dispose d'un fort potentiel dans le développement de l'économie maritime, notamment le tourisme, grâce à ses conditions naturelles favorables et à ses paysages magnifiques.