16/01/2022 17:11
Les forces de l'ordre américaines menaient samedi soir 15 janvier des négociations "tendues" avec un homme qui a pris plusieurs personnes en otages dans une synagogue de Colleyville, une ville du Texas aux États-Unis, disant être le "frère" d'une Pakistanaise condamnée pour terrorisme.
>>Prise d'otages à Paris : le forcené se rend après 17 heures, pas de blessé
>>Afghanistan: une nouvelle attaque à Jalalabad

Des agents du FBI prennent position autour de la synagogue de Colleyville, au Texas, pendant une prise d'otages le 15 janvier.
Photo : AFP/VNA/CVN

Un des otages a été libéré indemne samedi 15 janvier vers 17h00 (23h00 GMT), a annoncé la police locale. "Cet homme retrouvera sa famille dès que possible et n'a pas besoin de soins médicaux", a-t-elle précisé dans un communiqué.

Le président américain Joe Biden, qui passe le weekend dans son fief de Wilmington, dans le Delaware, "va continuer à recevoir des informations actualisées" et des membres de son équipe chargée de la sécurité nationale "sont en contact avec la direction des forces de l'ordre fédérales", a déclaré sa porte-parole Jen Psaki.

Sur Twitter, le gouverneur du Texas, Greg Abbott, a qualifié la situation de "tendue".

La chaîne ABC News, citant une source sur place, a rapporté avant la libération d'un premier otage dans l'après-midi que le suspect était armé, retenait quatre personnes dont un rabbin, et affirmait avoir placé des bombes à des emplacements inconnus.

La prise d'otages survient dans la synagogue de la congrégation Beth Israël à Colleyville, ville d'environ 23.000 habitants dans la banlieue de Dallas.

"Je vais mourir"

La voix d'un homme agité par moments pouvait être entendue sur la retransmission de l'office religieux en direct sur Facebook, consultée par l'AFP avant son interruption.

"Il y a quelque chose qui ne va pas avec l'Amérique", a notamment lancé cet homme.

"Je vais mourir", a-t-il aussi dit, demandant à plusieurs reprises à un interlocuteur non identifié que "sa soeur" lui soit passée au téléphone.

Des policiers prennent position devant la mosquée de Colleyville, au Texas, pendant une prise d'otages le 15 janvier.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le suspect, selon ABC News, affirme être le frère d'Aafia Siddiqui, une scientifique pakistanaise condamnée en 2010 par un tribunal fédéral de New York à 86 ans de prison pour avoir tenté de tirer sur des militaires américains alors qu'elle était détenue en Afghanistan. Il réclame sa libération, a rapporté la chaîne, citant un responsable proche du dossier sous couvert d'anonymat.

D'après la même source, elle est incarcérée à la base militaire de Carswell, non loin de Dallas.

Des experts ont toutefois souligné que le mot utilisé par l'homme en arabe était figuratif et signifiait "sœur" dans la foi islamique.

Patrouilles renforcées

La retransmission en direct, interrompue à 13h50 (19h50 GMT), ne montrait qu'un pupitre, les personnes à l'intérieur de la synagogue se trouvant hors cadre.

"Les négociateurs ont pris contact avec cette personne et travaillent afin d'obtenir un dénouement sûr", a indiqué à propos du preneur d'otages la sergente Dara Nelson, de la police de Colleyville, au journal The Dallas Morning News.

La police de Colleyville a indiqué évacué les habitants des alentours, et a demandé au public d'éviter la zone.

Le maire de Dallas, Eric Johnson, a lui fait savoir qu'il avait "déployé des patrouilles additionnelles auprès des synagogues et d'autres sites" dans la région.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Rendez-vous au Centre de la quintessence du village artisanal vietnamien

SEA Games 31 : les visiteurs étrangers impressionnés À l’occasion des 31es Jeux d’Asie du Sud-Est (SEA Games 31), le Vietnam a accueilli un grand nombre de sportifs, d’entraîneurs, d’officiels et d’amoureux du sport, venus de tous les pays de la région.