20/02/2017 17:05
Le vice-président américain Mike Pence rencontre les dirigeants de l'Union européenne et de l'OTAN à Bruxelles lundi 20 février, dernier jour d'un voyage officiel en Europe au cours duquel il s'est employé à rassurer ces partenaires historiques des États-Unis sur l'état d'esprit de Donald Trump.
>>Washington lève un petit coin du voile sur sa politique étrangère
>>À Munich, le plaidoyer de Merkel contre le repli sur soi

Le vice-président américain Mike Pence, le 18 février à Munich.
Photo : EPA/VNA/CVN

M. Pence doit s'entretenir dans la matinée avec la cheffe de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini, les présidents Donald Tusk (Conseil européen) et Jean-Claude Juncker (Commission), avant d'aller voir en début d'après-midi Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN.

Bruxelles, où le vice-président américain a été accueilli dimanche 19 février pour un dîner avec le Premier ministre belge Charles Michel, constitue l'ultime halte de sa première tournée européenne.

Ce week-end en Allemagne, il a notamment participé à la Conférence pour la sécurité à Munich avec le gratin diplomatico-militaire mondial.

Assurance d'un engagement dans l'OTAN "inébranlable", sur fond de relations glaciales entre l'Alliance atlantique et la Russie; garantie d'un partage avec l'Europe, le "plus grand allié", des valeurs de démocratie et de justice: le dirigeant américain a voulu calmer les inquiétudes européennes, soulignant plusieurs fois s'exprimer au nom du président Trump.

Des propos qu'il devrait réaffirmer lundi 20 février alors que la nouvelle administration républicaine est perçue comme isolationniste, nationaliste et beaucoup moins attachée aux liens transatlantiques que les précédentes.

Le Premier ministre belge Charles Michel (gauche) et le vice-président américain Mike Pence, le 9 février à Bruxelles. Photo : AFP/VNA/CVN

Federica Mogherini, qui insiste régulièrement sur l'importance pour l'Europe de thèmes comme le réchauffement climatique ou un fonctionnement efficace de l'ONU, entre autres sur le dossier israélo-palestinien, est sortie plusieurs fois de sa réserve depuis l'entrée en fonction de Donald Trump.

Il y a dix jours à Washington, elle a appelé les États-Unis à "ne pas interférer dans la politique européenne", alors qu'on l'interrogeait sur la volonté prêtée à un site d'informations pro-Trump d'influencer les élections cette année en France et en Allemagne.

Une relation "moins automatique"

Mme Mogherini a aussi estimé que la relation UE-USA risquait désormais d'être "moins automatique", dans un entretien le 15 février à plusieurs journaux européens.

"Nous entrons dans une phase où nous devrons voir dossier par dossier, sujet par sujet, en nous basant sur nos propres valeurs, intérêts et priorités", a-t-elle prôné, "nous préférons travailler de concert sur le plus de dossiers possible, mais ce n'est pas la fin du monde si ce n'est pas le cas".

Car de ce côté-ci de l'Atlantique, tout le monde a à l'esprit les propos lapidaires de Donald Trump sur l'UE, qu'il considère à la solde des intérêts allemands et promise à davantage encore de fragmentation après le "succès" du Brexit.

MM. Tusk et Juncker, qui verront eux aussi M. Pence pour la première fois lundi 20 février, ont exprimé des inquiétudes depuis l'élection surprise de Donald Trump en novembre, notamment sur la politique commerciale souhaitée par son administration.

Pour la venue de Mike Pence à Bruxelles, trois mois avant celle prévue fin mai de Donald Trump lui-même, des ONG ont appelé à manifester lundi matin 20 février au pied des institutions européennes afin de dénoncer notamment la politique du nouveau président américain sur l'immigration et la santé.

AFP/VNA/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

La Fête La Fête "Couleurs du printemps dans tout le pays" se tiendra du 24 au 25 février au Village culturel et touristique des ethnies du Vietnam à Dông Mô (Hanoï), a informé le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme.